Etre une sentinelle vigilante face au racisme !

Alimenté par les honteuses dérives d’un débat sur l’identité nationale, chaque jour apporte son lot de propos et d’actes racistes.

Le président du groupe UMP au sénat vient une nouvelle fois de dépasser les bornes.

Interrogé sur la possibilité de voir Malek Boutih prendre la présidence de la Halde (Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité)  monsieur Longuet s’est autorisé à dire  » il vaut mieux que ce soit le corps français traditionnel qui se sente responsable de l’accueil de tous nos compatriotes. Si vous mettez quelqu’un de symbolique, extérieur, vous risquez de rater l’opération « .

A l’évidence, Gérard Longuet, qui dans sa jeunesse fut un militant actif de l’extrême droite, a gardé ses vieux réflexes nauséabonds. Devant le déluge de ce type de déclarations, il n’est malheureusement plus possible de parler de dérapages.

Élu de la république, et maire d’une ville riche de toutes les diversités, je condamne fermement de tels propos et j’affirme que la diversité humaine et culturelle est une richesse pour notre pays.

Dans un contexte national extrêmement difficile pour nos concitoyens, il nous faut réaffirmer fortement les valeurs qui fondent notre République, valeurs incarnées par la justice sociale, la fraternité et la solidarité.

Face à tout ce qui tend à diviser, à opposer, voire à stigmatiser, il est impératif que chacun d’entre nous jouent son rôle de sentinelle et veille au respect de l’autre, à la richesse des différences, aux valeurs du partage et du vivre-ensemble.

2 réflexions au sujet de « Etre une sentinelle vigilante face au racisme ! »

  1. En effet, je vous rejoins, il devient inadmissible d’accepter de tels propos, aux relents racistes et xénophobes. Malheureusement, Longet s’inscrit dans une déjà longue liste d’hommes et de femmes politiques qui ne se gènent plus pour lacher leur bile haineuse.
    Résister, et être, comme vous le dites, une sentinelle contre le racisme sous toutes ses formes devient une urgence.

    Le débat sur l’identité nationale a libéré cette parole de rejet et de stigmatisation de l’autre et à grandement ouvert les vannes nauséabondes de discussion de comptoir. Nous nous retrouvons plus proche de l’égout, que de la question qui me parait fondamentale : comment apprend-t-on à vivre ensemble avec nos différences ?

    Pour conclure, on est pas trés loin d’un certain discours, faut-il le rappeler, d’un président de la République « à la retraite » qui affirmait que « le bruit et les odeurs » empêchaient l’identité française de vivre !

    Jacques

  2. Nous, citoyens français issus de la diversité, avons bien compris que la réussite est dans l’union pour combattre ce genre de propos. M. Le Pen nous a fait bien comprendre, lors de son passage sur TF1 dans le 20H, qu’il était question de « Français de souche » et de « Français de papiers »… C’est une réalité bien simpliste qui ne résume pas le vivre-ensemble et les valeurs de fraternité que portent notre pays depuis plusieurs décennies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page