Père et Maire

Mon dimanche 14 mars a été marqué par une grande joie mais aussi part une grande peine.

● Une grande joie car j’ai eu le plaisir, comme président de bureau de vote, de faire voter mon fils, qui pour les circonstances était l’un des plus jeunes électeurs de Rhône-Alpes puisqu’il a fêté ses 18 ans deux jours avant le scrutin. Au moment où l’abstention marque de tristes records, c’est un fait rassurant qui montre que le désintérêt pour la politique peut être enrayé.

● Une grande peine en apprenant la disparition de Jean Ferrat, cet artiste talentueux et ce compagnon de combat pour un monde de justice et de liberté.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page