Réforme des retraites : Le passage en force du gouvernement

L’Assemblée nationale a adopté définitivement le projet de loi de réforme des retraites à l’issue d’un scrutin public le mercredi 27 octobre : 336 députés ont voté « pour », 233 députés ont voté « contre » et 5 députés se sont abstenus.

Fichier vidéo intégré

Sourde à la grande majorité de nos concitoyens, le gouvernement UMP vient donc de prendre une lourde responsabilité car cette réforme marque une des régressions sociales les plus graves de ces 50 dernières années avec :

  • le report de l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans,
  • l’allongement de la durée de cotisation à 41 ans et demi, faisant de la France le pays européen le plus dur en la matière avec la plus forte durée de cotisation pour bénéficier d’une retraite à taux plein,
  • le report à 67 ans pour bénéficier d’une retraite à taux plein,
  • une pénibilité du travail évaluée au rabais. En clair, un salarié ne pourra partir à 60 ans, avec une retraite à taux plein, que s’il a au moins 10% d’incapacité, sous réserve de l’accord d’une commission spéciale. Cette mesure concerne seulement 30 000 personnes et, de l’avis de tous les salariés, elle insuffisante pour répondre à la problématique contemporaine de la pénibilité,
  • l’augmentation des cotisations pour les fonctionnaires,

Nous allons tous subir cette réforme socialement scandaleuse et profondément injuste mais ce sont les femmes, les personnes financièrement modestes, les jeunes Mobilisation lyceen Givorsqui entrent tardivement dans la vie active et les salariés qui ont commencé à travailler très tôt qui seront les plus touchés.

Et pourtant, la majorité des Français ne voulaient pas de cette réforme telle qu’elle a été proposée : des manifestations exceptionnelles, mobilisant des millions de personnes, ont eu lieu dans tout le pays avec plus de 70% des Français qui soutiennent le mouvement. Salariés du public et du privé, jeunes, retraités, femmes, tous sont unis pour défendre l’une des plus grandes conquêtes sociales du 20ème siècle que remet en cause le gouvernement UMP.

Réformer le système de retraite doit aussi, et surtout, être l’affaire de la population et lorsque l’on constate que la majorité présidentielle UMP n’a mis en place aucune concertation avec les syndicats et reste sourde aux revendications légitimes des salariés de notre pays, il est évident que le combat pour une retraite juste et digne n’est pas prêt de s’arrêter.

Légende photo: Manifestation des lycéens de la cité scolaire Aragon-Picasso et du lycée Casanova contre la réforme des retraites (lundi 18 octobre)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page