66ème anniversaire de l’armistice du 8 mai 1945

8 mai 2011Comme nous le faisons chaque année depuis quelques décennies, nous avons commémoré, dimanche 8 mai, le 66ème anniversaire de la victoire des peuples sur le nazisme.

Je vous propose de retrouver un extrait de mon intervention ci-dessous :

Mesdames, Messieurs, chers Amis,
 
8 mai 2011« Ce qui constitue une nation, ce n’est pas de parler la même langue, c’est d’avoir fait ensemble de grandes choses dans le passé et de vouloir en faire encore dans l’avenir.»
 
Cette citation d’Ernest Renan, célèbre écrivain, et historien français, témoigne de l’importance du devoir de mémoire qui nous est collectivement dévolu, afin de commémorer ensemble le 66ème  anniversaire de la capitulation de l’Allemagne nazie.
 
Le 8 mai 1945, les forces allemandes capitulaient sans condition marquant ainsi la victoire des armées du monde libre et de la Résistance, et mettant fin à 7 années d’un conflit sanglant, dont toute l’horreur sera révélée par la découverte des camps de la mort qui seront à jamais synonymes d’horreur.
 
Cette victoire fut d’abord celle de femmes et d’hommes unis dans une volonté commune de résister à l’occupation.
 
La victoire de celles et ceux qui au-delà de leurs différences ont su se rassembler autour d’un idéal de paix, de justice et de tolérance pour vaincre l’idéologie raciste, antisémite et xénophobe du troisième Reich.
 
Aujourd’hui, 66 ans après, nous devons nous souvenir de ces femmes et de ces hommes qui se sont battus et sacrifiés pour la France et pour la liberté :
 
- Nous souvenir bien sûr de tous ces jeunes français venus de chacune de nos régions,
- Nous souvenir des tirailleurs sénégalais, des tabors d’Afrique du nord et de ces milliers d’hommes venus de toutes les colonies françaises.
- Nous souvenir de ces dizaines de milliers de résistantes et de résistants qui se sont fédérés autour d’un idéal de paix et de liberté, et qui ont permis à la France de contribuer à la défaite du nazisme.
 
Unis dans la résistance à l’oppression et réunis dans la construction d’un monde qu’ils voulaient meilleur, chacun fut riche de sa diversité, chacun fut unique par sa naissance et son histoire, mais tous ensemble ils s’engagèrent dans cette tragédie de l’histoire.
 
Au-delà de leurs confessions et de leurs nationalités,
Au-delà de leurs différences culturelles,
Au-delà même des opinions politiques et des origines sociales,
 
Ils surent se rassembler pour mettre à genou et finalement écraser un des régimes les plus sanguinaires de l’Histoire.
 
A l’heure où l’extrême droite ressurgit dans les différents pays, y compris malheureusement en France, il est encore et toujours nécessaire de signifier notre rejet de la xénophobie et du fanatisme.
 
Et parce que la bête immonde est toujours là, endormie, tapie dans l’ombre et prête à surgir à chaque crise, nous devons affirmer toujours plus haut et toujours plus fort les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité qui sont celles de notre république.
 
Nous devons également réaffirmer notre volonté de justice sociale comme le souhaitait le Programme d’actions du Conseil National de la Résistance, qui fut une extraordinaire preuve d’optimisme pour préparer un avenir plus juste, plus pacifique et plus humain.
 
Toutes les grandes conquêtes de l’après-guerre ont ainsi pris leurs sources dans le programme du CNR et constituent un patrimoine commun qui nous a été légué et que nous devons transmettre aux générations futures.
 
La Sécurité Sociale, les nationalisations, les Allocations Familiales, le CDI, la réduction du temps de travail, les congés payés, les comités d’entreprise, ont été de formidables dispositions progressistes qui à l’époque, ont remis la France en état de marche et ont permis de réelles avancées pour les populations.
 
De la Révolution française au Conseil national de la Résistance, en passant par les acquis des grandes luttes de 36 et de 68, tout semble devoir être gommé aujourd’hui afin de substituer une autre société.
 
Une société fondée sur la concurrence et l’individualisme.
Une société où l’argent est roi.
Une société qui finalement tourne le dos aux engagements du CNR et de ceux qui le portèrent.
 
Vous l’aurez compris, dans un monde qui bouge et une société qui mute, il est toujours primordial de rester mobilisé et vigilant afin que les droits acquis ne soient pas remis en cause et que la paix et la liberté soient le socle de toutes les démocraties.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page