Une nouvelle rue pour un quartier en pleine transformation

Inauguration rue Jacques Prévert
Lundi 11 juillet, j’ai eu le plaisir d’inaugurer la rue Jacques Prévert, en présence d’une centaine de personnes et personnalités de l’agglomération lyonnaise :

- Marie-Thérèse Delaunay, sous-préfète chargée de mission auprès du préfet de région et du département,
- Michel Forissier, maire de Meyzieu, 1er vice-président du conseil général,
- Guy Palluy, conseiller municipal de Mornant, et conseiller régional Rhône-Alpes,
- Pierre Abadie, maire de Sathonay-Camp, vice président du Grand Lyon délégué à la politique des déplacements et mobilité, voirie et accessibilité,
- et de nombreux élus de la municipalité de Givors.

Vous trouverez ci-dessous un extrait de mon intervention :

C’est le 26 septembre 2005 que le conseil municipal de Givors a délibéré afin de donner le nom de J. Prévert à cette nouvelle voirie.

Nous l’avons fait :

►D’abord car l’endroit était prédestiné puisque ce lieu s’appelait le Pré vert (en deux mots).

►Ensuite car Jacques Prévert fût le symbole du renouveau de la littérature et de la poésie d’après guerre, avec son talent inimitable des mots, mais aussi avec cette dimension critique convenant parfaitement aux valeurs de cette ville de Givors.

Inauguration rue Jacques Prévert
Né avec le siècle à Neuilly-sur-Seine, le 4 février 1900, il se passionna dès son plus jeune âge pour la lecture et le spectacle.

Incorporé de 1920 à 1922, Jacques Prévert s’installe dans le quartier de Montparnasse et fréquente un groupe de surréalistes auquel participent Aragon, Desnos, Malkine, Leiris, Artaud, le peintre Yves Tanguy et la plupart des écrivains des années 1930, sans oublier le chef de file André Breton.

Sa vie durant, il défendra les faibles, les opprimés et les victimes, avec une générosité bourrue mais toujours discrète.

Aujourd’hui, ses poèmes sont célèbres dans le monde francophone et massivement appris dans les écoles françaises, et ses textes ainsi que ses dialogues sont époustouflants de naturel, de justesse et d’humour.

La deuxième guerre mondiale finie, Prévert revient à Paris.

Ses poèmes sont alors sur toutes les lèvres, avec un parfum de bonheur et de liberté retrouvée.

Une période qui marqua Jacques Prévert qui restera toute sa vie un antimilitarisme à toute épreuve et son pacifisme ne souffrira d’aucun compromis à l’exemple de quelques uns de ses plus beaux poèmes et de sa phrase devenue célèbre « quelle connerie la guerre ! ».

——————————————————————————————————————————————–

10 mois après la pose de la première pierre de la Cité administrative, nous sommes donc réunis aujourd’hui dans le même quartier afin d’inaugurer la rue Jacques Prévert.

Au-delà de l’inauguration d’une rue, il s’agit là d’un acte doublement symbolique :

► D’abord car il vient couronner des années de réflexion et de travail pour créer une véritable voie reliant la gare, la cité administrative, l’Hôtel des finances et le centre historique.

► Et ensuite car cette nouvelle voie s’inscrit dans une dynamique globale de création pure et simple d’un nouveau quartier en cœur de ville.

Comme vous avez pu le constater, le centre-ville élargi connaît une transformation fulgurante avec la mise en chantier de nombreuses infrastructures.

Pour ne citer que les exemples les plus significatifs :

► tout d’abord la pose par RFF du pont-rail du Pré-Vert qui a permis la création de la nouvelle voirie que nous inaugurons aujourd’hui, ainsi que la création par le Grand Lyon d’un nouveau parking afin de répondre aux demandes croissantes de stationnement dans le secteur,

►la construction de la 2ème tranche de la Cité administrative qui sera livrée en 2012, et qui comportera :

● 45 logements dont 25 logements locatifs gérés par l’OPAC du Rhône, et 20 logements en accession à la propriété construits par la SEMCODA,

● 3200 m² de services au public et d’activités économiques, avec :

- le Pôle Emploi (35 emplois),

- un Pôle petite enfance géré par la ville de Givors avec une capacité d’accueil de 60 places (23 emplois),

- et 1000 m² de bureaux et d’activités tertiaires, commercialisés par la SEM de la ville « Givors Développement » (60 emplois à terme).

► Je pense également au nouveau terrain synthétique de proximité que nous allons installer prochainement afin d’offrir des équipements sportifs de qualité aux habitants de ce nouveau quartier,

► je pense aux travaux déjà bien engagés du Pôle économique Rhône Gier et son pôle automobile réunissant une douzaine de marques automobiles, et à terme une 2ème tranche avec des activités tertiaires,

► je pense à la démolition, fin août, de 5 bâtiments place Pasteur qui va permettre la création de nouveaux espaces publics avec la mise en valeur des voûtes,

► je pense au déplacement du parking Salengro sur le site EDF, ce qui va favoriser la création de nouvelles voiries et la construction d’un nouveau quartier pour accueillir des nouveaux arrivants et de nouvelles activités à Givors.
► Je pense enfin au développement des transports en commun sur notre territoire avec l’augmentation de l’offre TCL de 60% en 3 ans, et la fréquentation importante de la gare de Givors Ville considérée comme la 4ème gare de l’agglomération lyonnaise.

Dans cette perspective, je voudrais souligner le travail important du conseil général du Rhône qui va mettre en place, dès septembre 2012, un nouveau schéma départemental des transports avec de nouvelles lignes cadencées :

- Givors/Mornant,
- Givors/Condrieu,
- Givors/Vénissieux,
- et Givors/Brignais.

Cela permettra d’accélérer la transformation de la gare de Givors Ville en Pôle intermodal régional avec un nouveau parking en surface puis en ouvrage, ainsi qu’une gare routière pour accueillir dans les meilleures conditions les nouveaux bus du département qui viennent s’ajouter aux TCL.

Comme vous le constatez, les projets et les réalisations ne manquent pas.

Ces initiatives sont d’autant plus importantes qu’elles se font dans un contexte de crise économique et de raréfaction de l’argent public qui obligent les uns et les autres à se surpasser pour équiper les territoire mais aussi pour donner du travail aux entreprises et ainsi préserver l’emploi.

Cette question économique nous paraît particulièrement importante.

Pour cela, la municipalité de Givors vient de lancer un Plan de relance pour l’économie locale et l’insertion afin, d’une part, de construire de nouvelles structures au service des Givordins, et d’autre part, de passer des commandes aux entreprises et créer des emplois, notamment grâce à l’insertion.

Inauguration rue Jacques Prévert
Une nouvelle fois, je souhaite remercier ici l’ensemble des partenaires qui ont participé à la création de la nouvelle voie Jacques Prévert et qui, plus largement, ont participé à l’effervescence de ce nouveau quartier, dans une ville en plein essor puisqu’elle vient de redépasser la barre des 20 000 habitants.

- Remercier l’Etat qui participe financièrement via l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine,
- remercier le conseil régional ainsi que RFF qui ont contribué à l’installation du nouveau Pont Rail,
- remercier le conseil général pour ses financements dans le cadre du contrat pluriannuel établi avec la ville de Givors,
- remercier le Grand Lyon qui fût maître d’œuvre pour la voie communautaire Jacques Prévert et qui s’est chargé de la création du nouveau parking aux abords de la maison de l’emploi et des services publics,
- et remercier enfin les services techniques de la ville de Givors qui accomplissent un travail remarquable.

En tout cas, et ce n’est pas par simple politesse que je le dis, cette inauguration et plus généralement la transformation de Givors n’aurait pas été possible sans la forte intervention de tous ces partenaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page