Clin d’oeil du jour – La vérité sur Tchernobyl s’est arrêtée à la frontière…

La vérité sur Tchernobyl s’est arrêtée à la frontière…

Clin d'oeil du jour - Tchernobyl

Après 25 ans d’enquête et d’attente pour les victimes et leurs familles, la justice à tranchée : hier, la cour d’appel de Paris a prononcé unnon-lieu général dans l’enquête sur les possibles retombées en France de lacatastrophe nucléaire de Tchernobyl, en 1986.

La cour d’appel a donc accordé un non-lieu à l’ancien patron du Service central de protection contre les rayons ionisants (SCPRI), le professeur Pierre Pellerin, soupçonné d’avoir masqué l’ampleur de l’accident en affirmant à l’époque que le nuage s’était « arrêté à la frontière française ».

C’est un choc, une désillusion brutale, et évidemment une décision plus que décevante pour les victimes du nuage radioactif qui fondaient l’espoir d’une reconnaissance officielle des maladies contractées suite à Tchernobyl (cancer de la thyroïde, etc.).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page