8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportation

8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportation

A l’occasion de la cérémonie commémorative du 67ème anniversaire de la victoire des peuples sur le nazisme, le 8 mai 45, j’ai eu l’honneur d’inaugurer la nouvelle esplanade de la résistance et de la déportation (avenue Maréchal Leclerc) afin de rendre hommage à de grandes figures emblématiques de la Résistance et du Conseil National de la Résistance (CNR) qui a mis en place un programme de reconstruction de la France et de transformation de la société française.

8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportation
En présence de plus de 150 personnes, dont Marie-Thérèse Delaunay, sous-préfète représentant l’État, le commandant de la région militaire, les associations d’anciens combattants, de résistants et de déportés de Givors, les élus ainsi que l’épouse de Henri Rol-Tanguy, Cécile Rol-Tanguy, et le fils de Marie-Claude Vaillant Couturier, Thomas Ginsburger, six grands noms de la Résistance française ont ainsi été honorés à travers le dévoilement de stèles jalonnant la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportation :

- Marie-Claude Vaillant Couturier,
- Jean Moulin,
- Henri Rol-Tanguy,
- Jean de Lattre de Tassigny,
- Philippe Leclerc de Hauteclocque,
- le Général Charles De Gaulle.

Je vous propose de retrouver ci-dessous mon intervention qui sera très prochainement complétée par des vidéos de l’évènement :


8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportationMesdames, messieurs, chers amis,

► Il y a soixante sept ans, la victoire des forces anti-hitlériennes marquait enfin le signal de la liberté retrouvée.

Auschwitz, Buchenwald, Dachau, Ravensbrück, Mathausen, c’est dans ces lieux, à jamais synonymes d’horreur et de folie meurtrière, que des millions d’êtres humains ont été humiliés, torturés et pour beaucoup exterminés par le régime nazi, avec la complicité active de Pétain et de Vichy.

Mais au-delà des collaborations d’Etat, c’est aussi l’époque où la partie anti-républicaine du grand patronat déclarait « préférer Hitler au Front Populaire ».

C’est en définitive, la lâcheté et la soif du pouvoir des uns, les intérêts égoïstes et financiers des autres qui permirent l’ascension fulgurante, mais pourtant évitable, de Hitler et du Nazisme.

8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportation—————————–

► Heureusement le 8 mai 1945 a aussi révélé l’extraordinaire courage d’hommes et de femmes qui, dès les premiers jours, ont su dire Non à l’occupation.

Révélé également l’extraordinaire courage de ces combattants français et étrangers qui, au péril de leur vie, ont porté jour après jour la dignité de la France.
—————————–

► Participer aujourd’hui au devoir de mémoire, c’est bien évidemment penser à tous ces anonymes qui dès les premières heures de l’occupation choisirent de résister.

- C’est aussi penser à ceux qui choisirent le chemin de l’honneur :

8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportation- Penser au Général de Gaulle, fondateur de la France libre qui, de Londres, lança le 18 juin 1940 son appel pour refuser la capitulation,

- penser au maréchal Leclerc, qui décida de ne pas déposer les armes avant d’avoir vu le drapeau français flotter sur la cathédrale de Strasbourg,

- penser au Maréchal de Lattre de Tassigny, qui refusa l’ordre de ne pas combattre et résista à l’envahissement de la zone Sud par les troupes allemandes,

- penser à Rol Tanguy, chef des Forces Françaises de l’Intérieur, qui décréta la mobilisation générale des parisiens, et fut co-signataire de la capitulation allemande au côté du Maréchal Leclerc,

- penser à Marie-Claude Vaillant Couturier, qui entra au camp de Birkenau en chantant la Marseillaise avec 230 autres femmes et qui plus tard fit face aux criminels nazis lors du procès de Nuremberg,

8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportation- Et enfin penser à Jean Moulin, qui eut le courage, la ténacité et la lucidité de réunir dans la résistance, celui qui croyait au ciel et celui qui n’y croyait pas, comme l’a si bien écrit le poète Louis Aragon.

Ainsi, qu’ils soient communistes, gaullistes ou sociaux démocrates,

Qu’ils soient athées, juifs, musulmans ou chrétiens,

Qu’ils soient français d’origine, français d’adoption ou étrangers,

Toutes et tous ont eu le mérite et l’intelligence de mettre leurs différences politiques, religieuses ou ethniques au service de la Liberté et d’un idéal commun qui s’appelait la France.

8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportation—————————–

► La France de 2012 vient de se donner un nouveau Président de la République.

Certains affichent leur satisfaction et d’autres leur déception, ce qui est naturel et bien légitime.

Mais au-delà de cette élection bien normale dans une démocratie, comment ne pas être inquiet des thèses développées par l’extrémisme ?

Comment ne pas être effaré quand un bref retour historique nous rappelle qu’en 1932, l’Allemagne en crise, comptait 6 millions de chômeurs, et que les files d’attente étaient de plus en plus longues devant les soupes populaires et à la porte des bureaux de chômage ?

— La même année Hitler obtient 37% de voix et 230 sièges au Reichstag.

— Le 30 janvier 1933, il est nommé chancelier. Son action sera alors rapide et brutale :
- Remise en cause des droits constitutionnels,
- interdiction de tout rassemblement,
- suspension de tout journal d’opposition et arrestation des opposants.

8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportationPrésentant la République comme une période de chaos et d’anarchie, il la condamne et annonce vouloir en finir avec elle.

-— En mars 1933, les nazis obtiennent 43.9% des voix.

—- Le 27 février de la même année, l’incendie du Reichstag est prétexte à l’arrestation de milliers d’opposants communistes et sociaux-démocrates allemands qui pour la plupart périrent dans les camps.

—- Le 12 mars, le drapeau à la croix gammée devient l’emblème du 3ème Reich.

—- Le 20 mars, c’est l’ouverture « officielle » des premiers camps de concentration.

—- En avril, la gestapo est créée.

—- Le 1er mai les syndicats libres sont interdits.

Chacun connaît la suite, les thèses de la race supérieure, la xénophobie érigée en système d’Etat et l’écrasement des peuples et des pays par le rouleau compresseur nazi.

8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportation—————————–

► Malheureusement, et même s’il tente de se présenter sous des habits plus présentables, aujourd’hui encore, le fanatisme ne renonce pas.

- Ne pas en parler, c’est le banaliser.
- Ne pas le dénoncer, c’est l’encourager.
- Et enfin ne pas le combattre, c’est lui permettre d’encore plus se radicaliser.

En 1933, Hitler fit de la minorité juive et de tous les démocrates des boucs émissaires de sa folie meurtrière.

En 2012, certains font jouer ce rôle à d’autres immigrés en se servant des mêmes mensonges et des mêmes artifices.

Voilà pourquoi je pense que notre devoir de républicain consiste aussi à savoir conjuguer le verbe résister au temps présent de l’indicatif.

—————————–

8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportationMesdames et messieurs, chers amis,

Notre ville de Givors, décorée de la croix de guerre et de la croix du combattant, se souvient chaque année du lourd sacrifice qu’elle a dû payer en souffrance et en vies humaines.

Ce douloureux souvenir, toujours présent dans la mémoire collective, fait que cette ville reste une terre particulièrement attentive aux résurgences de l’intolérance du racisme et de l’exclusion.

— N’oublions pas et surtout n’oublions rien car « oublier son passé c’est être condamné à le revivre ».

— N’oublions pas et surtout n’oublions rien car il faut rester vigilant face à toutes les menaces qui fragilisent la liberté des peuples et des nations.

— N’oublions pas et n’oublions rien car l’histoire nous prouve que les mêmes causes produisent les mêmes effets en générant ce qu’il y a de plus abjecte dans les rapports entre les humains.

8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportationC’est pour cela qu’après les minutes de silence que nous observons pour rendre hommage à celles et ceux qui ont souffert et périrent du fascisme, il nous faut faire beaucoup plus de bruit :

- Faire du bruit pour faire comprendre que rien n’est jamais définitif et que la démocratie et la liberté nécessitent une attention et un combat de tous les instants.

- Faire du bruit, en allant dans les écoles, les collèges et les lycées pour expliquer cette période aux jeunes générations, et faire progresser l’idée du «plus jamais ça ».

- Faire du bruit, en refusant individuellement et collectivement, toutes formes d’atteintes à la dignité humaine.

- Faire du bruit, en permettant aux citoyens de mieux connaître leur passé afin de mieux comprendre le présent et de mieux construire l’avenir.

8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportation8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportation► Parce que la montée du fanatisme et de l’extrémisme est pour moi intolérable, j’ai proposé à l’ensemble des acteurs associatifs, sportifs, politiques, économiques, et syndicaux de Givors, de valider un Pacte civique et Républicain qui sera signé collectivement le samedi 23 juin à 11h, jour de la Fête de notre ville.

—————————–

► Voilà pourquoi, mesdames et messieurs, nous inaugurons aujourd’hui cette esplanade de la résistance et de la déportation.

Et voilà pourquoi nous inaugurerons dans quelques mois le musée de la Résistance, qui deviendra un lieu d’étude, de débats et de réflexion pour les jeunes et les moins jeunes générations.

—————————–

8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportation8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportation« Hommes de demain, veillez » ont dit les Hommes et les femmes sortis de l’enfer des camps.

Eux qui avaient vécu l’horreur ne prononcèrent pas des serments de haine mais des serments d’espoir pour que les générations futures édifient un monde de paix et de justice sociale, un monde de liberté, d’égalité, de fraternité et de solidarité.

A quoi auraient servi leurs sacrifices si ces valeurs s’éteignaient aujourd’hui ?

A quoi auraient servi leurs sacrifices si nous n’étions pas capables, dans les conditions actuelles, de relever le défi du vivre ensemble ?

—————————–

8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportation8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportationMesdames, messieurs, chers amis,

Permettez moi de :

- remercier le collectif de travail qui a pensé cet aménagement, et remercier Yves Pron, président de l’UFAC,
- remercier les services et les entreprises qui l’ont conçu,
- et enfin remercier Louis Soulier qui a piloté ce projet.

Chers amis,

L’esplanade que nous venons d’inaugurer est désormais un lieu qui rendra hommage à tous les acteurs de la résistance et à tous les martyrs de la déportation.

Mais nous souhaitons également qu’elle devienne, dès aujourd’hui, une sentinelle efficace pour favoriser le devoir de mémoire et le rassemblement de tous les démocrates.

8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportation8 mai 2012 : Givors inaugure la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportationNous l’avons souhaité ainsi car :

    ● dans les périodes troublées,
    ● dans les périodes où les valeurs humaines sont mises à mal,

● la seule boussole qui doit nous guider, c’est la boussole du respect mutuel.
● Les seules valeurs qui doivent nous éclairer sont les valeurs de liberté et d’égalité.
● Et enfin, les seuls comportements qui doivent nous animer sont des comportements de fraternité et de solidarité.

C’est ainsi, et ainsi seulement que nous donnerons tout le sens et toute la force « au vivre ensemble » auquel aspirent tous nos concitoyens.

C’est ainsi et ainsi seulement que nous préparons pour nos enfants et petits enfants un monde qui tout simplement sera humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page