Un 18 juin de souvenir et de commémoration

Un 18 juin de souvenir et de commémoration

Lundi 18 juin, comme je le fais chaque année depuis de nombreuses années, j’ai participé à la cérémonie de l’Appel du 18 juin en présence des associations d’anciens combattants, résistants et déportés, des élus et des personnalités de la ville.

Il y a encore un an, nous étions réunis dans le quartier des Vernes, à la place du général de Gaulle, où nous célébrons habituellement l’Appel du 18 juin et où nous avions annoncé, avec Henri Bazin et Louis Soulier, que les prochaines commémorations du 18 juin se dérouleraient désormais dans une nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportation dédiée au devoir de mémoire.

Un an plus tard, nous y sommes. Et pour ce pari audacieux tenu, je tiens à remercier nos deux élus qui ont été chargé du projet, Henri Bazin et Louis Soulier, qui ont œuvré avec ténacité, en lien avec le groupe de travail givordin, pour faire émerger cette nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportation.

Un 18 juin de souvenir et de commémorationInaugurée en présence de plus de 200 personnes avec des représentants de l’Etat, des associations d’anciens combattants et la présence exceptionnelle de Cécile Rol-Tanguy, épouse de Henri Rol-Tanguy, et de Thomas Ginsburger, fils de Marie-Claude Vaillant Couturier et de Pierre Villon, cette nouvelle esplanade va permettre de rendre hommage à des grandes figures emblématiques de la Résistance et du Conseil National de la Résistance (CNR).

Six grands noms de la Résistance française ont ainsi été honorés à travers le dévoilement de stèles jalonnant la nouvelle esplanade de la Résistance et de la déportation :

- Marie-Claude Vaillant Couturier,
- Jean Moulin,
- Henri Rol-Tanguy,
- Jean de Lattre de Tassigny,
- Philippe Leclerc de Hauteclocque,
- et enfin le Général Charles De Gaulle.

Participer aujourd’hui à la cérémonie du 18 juin, c’est bien évidemment penser à ces grands noms de la Résistance qui choisirent le chemin de l’honneur mais c’est également penser aux nombreux anonymes qui ont répondu à l’appel du Général De Gaulle et donné leur vie pour un idéal de paix, de liberté, d’égalité et de fraternité.

Ainsi, qu’ils soient communistes, gaullistes ou sociaux démocrates,

Qu’ils soient athées, juifs, musulmans ou chrétiens,

Qu’ils soient français d’origine, français d’adoption ou étrangers,

Toutes et tous ont eu le mérite et l’intelligence de mettre leurs différences politiques, religieuses ou ethniques au service de la Liberté et d’un idéal commun qui s’appelait la France.

Un 18 juin de souvenir et de commémorationAujourd’hui, à l’occasion du 72ème anniversaire de l’appel du Général De Gaulle, quand nous rendons hommage à leur combat, à leur dévouement ainsi qu’à leur courage, nous rendons hommage à la France dans toute sa diversité.

—————————–

Rappeler l’histoire sert bien souvent certes à mieux construire le présent, mais aussi à mieux l’interroger.
   
Comment peut-on accepter que dans notre pays les fanatismes et les extrémismes de toutes sortes divisent notre société comme jamais ?

Comment peut-on accepter que les acquis du Conseil National de la Résistance soient constamment remis en cause au profit de quelques uns et au détriment de la majeure partie de nos concitoyens ?

A l’évidence, nous devons rester vigilants face à toutes les haines et à tous les extrémismes, face à toutes les tentatives de division et d’exclusion.

Il est de notre devoir de faire vivre les valeurs de liberté, de tolérance, d’égalité et de solidarité qu’ont porté haut toutes celles et tous ceux qui se sont battus pour la France.

C’est pourquoi, au lendemain du 1er tour des élections législatives, je me suis une nouvelle fois exprimé pour appeler au rassemblement progressiste, démocratique et républicain afin de faire barrage à l’idéologie d’extrême droite et à ceux qui la soutiennent dans la 11ème circonscription.
 
Un 18 juin de souvenir et de commémorationC’est pourquoi également, face à une situation intolérable de banalisation des thèses xénophobes et racistes dans notre pays, j’ai proposé à l’ensemble des acteurs associatifs, sportifs, politiques, économiques, et syndicaux de Givors, de valider un Pacte civique et républicain qui sera signé collectivement le samedi 23 juin à 11h, jour de la Fête de notre ville.

C’est dans cette même perspective enfin, et pour enseigner aux plus jeunes générations les valeurs humanistes portées par les générations précédentes, que nous allons relocaliser, agrandir et moderniser le musée de la Résistance et de la déportation au pôle culturel Moulin Moiroud.

C’est ainsi, et ainsi seulement, que nous donnons et donnerons tout le sens et toute la force au vivre ensemble auquel aspirent tous nos concitoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page