8 décembre exceptionnel : Conférence sur l’utopie architecturale d’hier et d’aujourd’hui

8 décembre exceptionnel : Conférence sur l’utopie architecturale d’hier et d’aujourd’hui

A l’image des nombreux évènements et animations qui ont ponctué la vie givordine tout au long de l’année 2012, la ville de Givors a organisé un 8 décembre exceptionnel à l’occasion de la Fête des Lumières et du 30ème anniversaire des Étoiles de Renaudie.

Au programme :

Conférence-débat « l’Art de la vi//e » sur le thème de l’utopie architecturale, sociale et urbaine d’hier et d’aujourd’hui

● Remise du trophée EDF du Patrimoine Rhônalpin à la ville de Givors pour la mise en lumière du château Saint Gérald initiée par la ville

● Présentation de l’ouvrage réalisé par la ville de Givors « 30 ans – Les Étoiles de Renaudie »

● Exposition « la cité des Étoiles » à la Mostra de Givors, en partenariat avec le Centre Georges Pompidou et l’INA.

● Marché de Noël de 15h à 20h.

● Inauguration et mise en lumière de la nouvelle passerelle du Gier « José Rivera »

● Visite déambulatoire théâtralisée de la Cité des Étoiles

● Spectacle et déambulation « les tambours » de la compagnie Transe Express suivis de leur spectacle « Mobile homme » et du feu d’artifices de la ville de Givors.

En présence de nombreuses personnalités rhodaniennes (politiques, acteurs économiques, architectes-urbanistes, etc.), j’ai eu le plaisir d’introduire la conférence dédiée à l’art de la vi//e et à l’utopie architecturale.

Retrouvez ci-dessous mon intervention :

Mesdames, messieurs,

Le hasard est parfois cruel.

Au moment où nous célébrons un architecte de grand talent, un autre architecte de génie, Oscar Niemeyer, vient de s’éteindre.

Et pour lui aussi l’architecture était une perpétuelle invention, qui toujours, devait être au service de l’Homme.

8 décembre exceptionnel : Conférence sur l’utopie architecturale d’hier et d’aujourd’huiJe suis néanmoins heureux de vous accueillir pour cette conférence sur l’utopie architecturale, sociale et urbaine, venant clôturer 3 mois de débats et d’échanges dans le cadre du 30ème anniversaire de la Cité des Étoiles.

Fruit d’une ambition partagée par Camille Vallin, un maire aux idées progressistes, et Jean Renaudie, un architecte génial et visionnaire, la Cité des Étoiles se veut dès l’origine un projet remarquable tant d’un point de vue technologique que par son ambitieuse approche humaine.

Le site, sur lequel la Cité a été construite, était particulièrement insalubre et  assimilé par l’État à un « bidonville en dur » :

● pas d’eau courante,
● des logements humides et surpeuplés,
● des ruelles crevassées et souvent dévastées par les inondations récurrentes du Rhône et des ruisseaux collinaires.

Une situation catastrophique pour la ville et plus encore pour des centaines de Givordins, notamment pour les populations issues de l’immigration.

Pour faire face à cette situation, une vaste consultation est engagée auprès d’architectes renommés afin d’imaginer la construction d’un nouveau cœur de ville.

26 projets sont présentés, 26 projets seront refusés avant que les élus ne retiennent le projet de Cité des Étoiles de Jean Renaudie, figure emblématique du mouvement moderne en architecture.
Ce projet totalement novateur prend d’emblée le contre-pied des visions uniformes et conformistes de l’époque, qui concentraient et densifiaient les populations modestes à la périphérie des centres villes.

● Les archives expliquent qu’il a d’abord fallu convaincre les habitants du quartier, puis plus globalement une population givordine sceptique, démontrant que bien souvent  le « nouveau inquiète » y compris quand « l’ancien » est traumatisant et inadapté.

8 décembre exceptionnel : Conférence sur l’utopie architecturale d’hier et d’aujourd’hui● Il a fallu ensuite sensibiliser et mobiliser l’État et les différents partenaires pour trouver, et parfois même arracher, les financements nécessaires à un projet dont la conception et l’originalité impliquaient un dépassement des coûts par rapport aux constructions traditionnelles.

● Et enfin, il a fallu déroger à tous les règlements existants afin de construire ce qui n’existait dans aucun manuel.
Ce qui, nous le savons bien, est tout simplement impensable pour bon nombre d’élus, de professionnels et de financeurs.

Ainsi, de la démolition du Vieux Givors, au lancement de la construction jusqu’à l’inauguration, il aura fallu, du courage politique pour les uns, des compétences professionnelles hors normes pour les autres, et pour tous une incroyable énergie pour relever ce défi urbain et humain.

En construisant la Cité des Étoiles, Camille Vallin et Jean Renaudie proposaient, 30 ans avant les autres, une façon révolutionnaire de penser l’habitat collectif et la place de l’humain au cœur de la ville.

C’était une triple utopie :

● Celle de refuser une situation intenable pour les populations,
● celle de trouver les financements nécessaires,
● et celle de concevoir et de construire cet ensemble architectural.

Il y a quelques années, Oscar Niemeyer disait que Brazilia n’est pas une Cité du futur, mais une Cité moderne érigée dans un pays capitaliste avec tous les défauts du système.

Dans années 80 et 90, les Étoiles de Renaudie ont, elles aussi, vécu aux rythmes des conséquences de la crise du système.

8 décembre exceptionnel : Conférence sur l’utopie architecturale d’hier et d’aujourd’huiAfin que ce chef d’œuvre architectural ne sombre pas sous les coups de boutoir de la crise urbaine et sociale, les nouveaux élus n’ont pas ménagé leurs efforts.

Pas ménagé leurs efforts car cette Cité, construite pour le vivre ensemble, était devenue un territoire de grandes difficultés:

● Taux de chômage massif,
● Plus fort taux de délinquance de la ville,
● Nombreux impayés de loyers,
● Difficultés de fonctionnement des services publics et culturels,
● Et enfin, fermeture de tous les commerces.

Cette situation, aggravée par un bâti non rénové par les Offices et peu entretenu par les propriétaires, finit par ternir l’éclat des Étoiles.

● C’était l’époque où dans mes permanences hebdomadaires, on me demandait d’intervenir pour des mutations locatives dans les autres secteurs de la ville.

● C’était l’époque où les demandeurs de logements venaient me dire :
« On demande tous les quartiers de Givors sauf les Pointus ».

● C’était l’époque de la dépréciation du patrimoine et de la vente à bas prix des appartements.

L’utopie à l’époque, ce fut de croire dans le potentiel architectural et urbain de cette Cité.

Une nouvelle fois, il fallut inventer et, une fois encore, avoir le courage de dépasser les idées reçues et d’innover.

En 2000, après d’innombrables démarches, le centre-ville de Givors est enfin reconnu, par l’État, comme un quartier prioritaire.

8 décembre exceptionnel : Conférence sur l’utopie architecturale d’hier et d’aujourd’huiLa voie était ainsi dégagée pour créer un centre-ville élargi avec, en son cœur, la Cité des Étoiles.

● Une Cité des Étoiles qui était masquée par un bâtiment classique de 45 logements,
● un centre-ville inaccessible au transport collectif,
● des places colonisées par la voiture et devenues inaccessibles à la population,

Cette période fut une période de grands doutes, car personne, ou si peu, ne croyaient à la réussite de ce projet, tant Givors était alors considérée comme une « oubliée de la République ».

Afin que les Étoiles acquièrent une nouvelle visibilité, toute une série d’aménagements furent entrepris, l’essentiel étant de démontrer d’abord à la population, puis aux partenaires et enfin aux investisseurs, que ce chef d’œuvre architectural connaissait des difficultés, mais qu’en aucun cas il n’était en péril.

Un long travail a commencé :

● Requalification des espaces publics,
● restauration des façades et mise en lumière,
● rénovation des terrasses,
● retraitement paysager de la colline Saint Gérald et de son château.
● Il a fallu également repenser la visibilité des équipements municipaux.
● Et enfin, créer un réseau de sentiers pédestres, qui traverse le cœur de la Cité des Étoiles pour aller vers le Parc naturel régional du Pilat.

Ces aménagements, qui ont duré une dizaine d’années, ont plusieurs fois été récompensés par des distinctions et des prix prestigieux :

● le 1er prix de l’académie des arts de la rue,
● le label patrimoine du 20ème siècle,
●  le 1er prix « Pôle d’excellence de cœur de ville »,
●  le prix spécial de la stratégie urbaine, ville de demain,
● le trophée EDF qui sera remis à la ville de Givors à l’issue de cette conférence,
● et enfin l’intégration de la Cité des Étoiles au Réseau des Utopies Réalisées aux côtés du quartier des États-Unis à Lyon, des Gratte-ciel à Villeurbanne et des sites Le Corbusier à Firminy et au Couvent de la Tourette.

Ainsi, grâce à la mobilisation obstinée d’une nouvelle génération d’élus et de l’ensemble des partenaires publics et privés, la Cité des Étoiles éclaire de nouveau l’avenir de toute une ville.

Mesdames, messieurs,

8 décembre exceptionnel : Conférence sur l’utopie architecturale d’hier et d’aujourd’hui

Dans un monde bien trop aseptisé, et dans une société marquée trop souvent par la bien pensance et le conformisme intellectuel, il faut en permanence avoir le souci de penser par soi-même pour inventer et innover.

La Cité des Étoiles fait partie de ces lieux porteurs d’utopie et de volonté de construction d’un monde meilleur.

Si de mon point, c’est un héritage fabuleux qui ne doit être ni sacralisé, ni sanctuarisé, il doit par contre être le génial témoin d’une contestation architecturale et d’une forte volonté de répondre aux besoins de la diversité humaine.

Plus qu’un témoignage du passé, c’est pour nous tous un formidable point d‘appui pour nos actions et contestations d’aujourd’hui et de demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page