Un budget 2013 ambitieux et porteur de solidarité

Un budget 2013 ambitieux et porteur de solidaritéMardi 29 janvier, j’ai présidé la première séance du conseil municipal de l’année. Une première séance importante puisque c’est lors de cette assemblée délibérative que nous votons le budget 2013 de la ville de Givors ainsi que le taux des taxes locales.

Une nouvelle fois, et ce pour la 10ème année consécutive, nous allons continuer de baisser les taux communaux. Ce qui place Givors parmi les rares communes du département à avoir baissé ses taux de fiscalité.

Pour la nouvelle année, cette baisse est :

– de 0,6% pour la Taxe d’Habitation,
– de 1,3% pour la taxe sur le Foncier Non bâti
– de 1,9%  pour la taxe sur le foncier non bâti.

Tableau de la baisse des taux communaux depuis 2004 :

Un budget 2013 ambitieux et porteur de solidarité

Cette baisse continue des impôts locaux depuis 2004 est confirmée dans de nombreux rapports des services de l’État :

● En ce qui concerne la taxe d’habitation, selon une étude de la Direction générale des finances publiques, Givors a l’un des montants moyens de TH le moins élevé des 26 villes du Rhône de plus de 8 000 habitants, un classement confirmé pour la somme TH + TFB + TEOM.

● En ce qui concerne la taxe sur le foncier bâti, selon une étude de l’Union nationale de la propriété foncière, Givors est classée 2ème sur 293 communes du Rhône et 1ère des villes de plus de 10 000 habitants à avoir le plus baissé ses taux de TFB depuis 2005.

Ces efforts de baisse de la fiscalité locale s’inscrivent dans un contexte national de crise et de raréfaction de l’argent public qui frappe durement les populations et les territoires.

La baisse des dotations d’Etat depuis 2008 s’est ainsi traduite par une perte cumulée de 3 millions d’euros pour la ville de Givors, soit l’équivalent de la construction d’une maison des sports et d’un pôle petite enfance.

Malgré ce contexte difficile, notre municipalité a choisi de poursuivre :

● la baisse des taux communaux (-11,7% depuis 2004 pour la TH, et -10,4% pour la TFB),
● la maitrise des dépenses de fonctionnement,
● le maintien et le développement des services publics,
● et son fort investissement pour développer Givors au service de ses habitants. Alors que pour la première fois, une majorité de collectivités locales vont baisser leurs investissements dans une année préélectorale, Givors va investir près de 11 millions d’euros pour continuer à faire de Givors une vile dynamique où il fait bon vivre.

Répartition du budget de fonctionnement :

Un budget 2013 ambitieux et porteur de solidarité

Répartition du budget d’investissement :

Un budget 2013 ambitieux et porteur de solidarité
Parallèlement, la dette de la ville qui était de 1500 euros par habitant en 1995 ne représente plus aujourd’hui que 12 euros par habitant.

Graphique de l’évolution de la dette givordine :

Un budget 2013 ambitieux et porteur de solidarité
Givors est ainsi devenue l’une des villes les moins endettées de France, ce qui en cette période de crise de la dette est un atout sérieux qui nous préserve des risques majeurs de l’endettement et nous donne des marges de manœuvre nouvelles et conséquentes afin de multiplier les chantiers  qui fleurissent quotidiennement aux quatre coins de la ville.

Après la présentation de ces éléments financiers avant le vote du budget 2013, j’ai tenu à rappeler, comme de nombreux maires de France, le caractère inadapté de la fiscalité locale, déstabilisée de surcroît par les transferts de charges et les désengagements de l’Etat.

Cette fiscalité locale, qui fait depuis longtemps l’objet de nombreuses critiques, doit être réformée afin de :
● réduire les inégalités territoriales,
● garantir une équité entre contribuables,
● donner les moyens nécessaires aux collectivités locales leur permettant de répondre aux besoins des populations.

Une telle réforme passe par l’indispensable taxation des actifs financiers et des mouvements spéculatifs, qui représentent des montants astronomiques totalement déconnectés de l’économie réelle et utile.

Enfin, et pour conclure, je regrette que les élus d’opposition UMP locale et les élus hors groupe s’enferment dans la critique systématique, négative, et somme toutes contre-productive pour Givors et ses habitants.

● Alors que la plupart des villes de France peinent à boucler leur budget et sont confrontées à une crise de la dette, l’importante baisse des taux locaux et de la dette de Givors serait, de leur point de vue, le signe d’une mauvaise gestion financière.  Un point de vue, dicté pas tant par les rancœurs que par une absurde cécité, en contradiction totale avec la réalité et même avec les groupes UMP des communes avoisinantes pour qui la situation de Givors est un exemple.

● Alors que la plupart des communes françaises peinent à maintenir leur taux de fiscalité locale, la baisse de la fiscalité givordine depuis 10 ans serait selon eux une « illusion ». Une « illusion » pourtant confirmée par de nombreux rapports officiels de l’Etat qui classe notre ville parmi les villes ayant le plus baissé leur taux de fiscalité locale.

● Alors que les services publics sont mis à mal partout en France, l’important effort de notre municipalité pour maintenir un service public de qualité au service de tous est systématiquement critiqué par une opposition pour qui les dépenses de fonctionnement et les charges de personnel seraient trop importantes.

Un constat que je ne partage évidemment pas car, à Givors, nous avons fait le choix depuis de nombreuses années de développer une politique importante en direction de l’éducation, de la culture, du sport, etc., qui implique forcément un coût (ex : une ATSEM par classe, tarifs scolaires parmi les moins élevés du département, pratique du sport et accès à la culture et au loisirs pour tous, actions de solidarité menées par le CCAS en faveur des personnes les plus fragiles, etc.).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page