Givors voit grand pour ses tout petits

Givors voit grand pour ses tout petits

Mardi 12 février, j’ai eu le plaisir d’inaugurer le nouveau Pôle Petite enfance de la ville de Givors en présence de plus de 180 personnes, dont :

– Danielle Chuzeville, présidente du conseil général du Rhône,
– Éric Poncet, vice-président du conseil général, chargé de la famille et de la petite enfance,
– Marc Tixier, président du conseil d’administration de la Caisse d’Allocations Familiales du Rhône,
– Christiane Charnay, 1ère adjointe chargée de l’éducation,
– Axelle Giraud, la jeune maire du conseil municipal des enfants de Givors,
– Aurélie Lacroix, directrice de la crèche, et le personnel de la structure,
– Monique Brun, la première directrice de la crèche Eugénie Cotton, ainsi que les anciens personnels de la crèche,
– Lucien et Françoise Goubelly, les enfants de Marie-Antoinette,
– des familles givordines inscrite à la crèche municipale.

Cette nouvelle crèche a été baptisée « Marie-Antoinette Goubelly » pour rendre hommage à une Givordine devenue, à l’époque, l’une des premières femmes 1ère adjointe en France.

Givors voit grand pour ses tout petitsNée à Givors, elle fut élue sur la liste du Parti Communiste Français et assuma cette responsabilité avec dévouement et passion de 1953 à 1989, soit 6 mandats consécutifs.

De 1953 à 1965, elle fût 1ère adjointe de Camille Vallin et les 4 mandats suivants, elle consacra son énergie aux affaires sociales et au droit des femmes, domaines qui lui tenaient particulièrement à cœur.

Elle participa ainsi à la création de la crèche municipale Eugénie Cotton au cœur de la Cité des Étoiles de Givors et à la mise en œuvre de grandes politiques sociales dont cette ville peut encore s’en enorgueillir.

Admirable, courageuse et infiniment altruiste, c’est une grande figure de la vie givordine qui donne aujourd’hui son nom à ce Pôle Petite Enfance.

En ayant également une pensée pour Jean, le mari de Marie-Antoinette, je souhaite remercier sa fille Françoise, ainsi que son fils Lucien, qui fut lui aussi un grand adjoint, qui nous ont fait l’honneur d’être présents pour l’inauguration.

Givors voit grand pour ses tout petitsSa fille, Françoise Wotkiewicz-Goubelly, a fait un discours émouvant sur la vie et les engagements humanistes de sa mère, qui fut grandement apprécié par l’auditoire et que je vous propose de découvrir en cliquant sur ce lien.

—————————————–

Comme de nombreuses communes de notre pays, Givors connaît une augmentation démographique, qui a permis à notre ville de repasser le cap des 20 000 habitants.

Une nouvelle population vient s’installer à Givors, signe de renouveau, alors qu’il y a une quarantaine d’années, la crise industrielle avait fait chuter le nombre d’habitants à 18 400.

Si cette augmentation de la population nous réjouit, elle implique une nécessaire adaptation dans l’offre de garde afin de répondre efficacement à une demande de plus en plus forte des familles.

Ce nouvel équipement moderne est donc le fruit d’une volonté forte de notre municipalité en direction de l’enfance et de la petite enfance.

Christiane Charnay, première adjointe chargée de l’enseignement, Sylvie Bonci, conseillère municipale chargée de la petite enfance, et les élus de Givors ont ainsi fait preuve de détermination et d’ambition pour faire aboutir ce projet d’envergure pour Givors et ses habitants.

Détermination et ambition car l’accueil des plus petits est loin d’être une question isolée.

Givors voit grand pour ses tout petitsElle résonne constamment avec d’autres préoccupations d’ordre social qui attestent son importance :

● Ainsi, développer l’offre de garde sur un territoire, c’est agir concrètement pour l’accès des femmes au marché du travail et pour l’égalité homme/femme,

● diversifier l’offre de garde, c’est être conscient de l’importance des familles monoparentales, des femmes et des hommes seuls avec des enfants,

● Et enfin, rendre accessible au plus grand nombre l’offre de garde, notamment avec le quotient familial, c’est agir pour l’égalité et la justice sociale.

C’est avec une pleine conscience de ces enjeux que nous portons notre politique en direction de la petite enfance.

● D’abord, en augmentant les capacités d’accueil, en créant des places supplémentaires.

Une offre venant compléter celle existante dans les centres sociaux « Camille Claudel » et « Jacques Prévert ».

Ainsi, au total, ce sont plus de 400 familles givordines qui bénéficient de ce mode de garde.

Un mode de garde qui va continuer de se développer avec la création prochaine d’une crèche d’entreprise comme celle prévue entre l’hôpital de Montgelas et la ville de Givors.

Givors voit grand pour ses tout petits● Ensuite, nous avons souhaité créer, à l’échelle de la ville, tout un réseau regroupant les différents modes de garde, et ceci afin de favoriser et faciliter les démarches des parents et des professionnels de la petite enfance avec :

– le RAM « la petite Ruche », dans le quartier de Bans,
– le RAM du Pôle Petite Enfance que nous inaugurons aujourd’hui,
– et le futur RAM au cœur du quartier des Vernes.

Autant de modes de garde car, bien souvent, la demande des parents est extrêmement diversifiée.

Diversifiée dans la demande, mais diversifiée également dans l’approche éducative et dans les étapes de séparation avec l’enfant.

Ce cousu-main givordin s’inscrit dans une politique globale et généreuse en faveur de l’éducation, comme le démontre l’important budget que nous consacrons chaque année aux enfants givordins.

20% de notre budget communal (soit 5,5 millions d’euros et le premier poste de dépense budgétaire) sont ainsi investis chaque année pour l’enfance et la petite enfance.

Givors voit grand pour ses tout petitsAinsi et malgré les difficultés que nous rencontrons sur notre budget de fonctionnement, nous réaffirmons notre volonté :

– de mettre à disposition une Atsem par classe,
– d’avoir un prix de repas parmi les plus bas du département,
– de favoriser l’initiation à la musique et au sport grâce une pratique généreuse du quotient familial,
– de financer de nombreux ateliers périscolaires, à 50 centimes d’euros pour le premier enfant, 20 centimes d’euros pour le deuxième et les fratries.
– de mettre à disposition des enfants givordins des outils de dernière technologie (tableaux interactifs pour un coût de 150 000€),
– d’avoir 20 aires de jeux et 8 terrains multisports synthétiques répartis dans la ville,
– de créer prochainement un nouvel Accueil de Loisirs sans Hébergement intégré dans un nouveau pôle d’accueil et de Loisirs « La Rama ».

Il ne faut pas penser que ces propos résultent d’une quelconque autosatisfaction.

Cet argent placé dans le domaine de la petite enfance, de l’enfance et du scolaire est pour nous un investissement.

Givors voit grand pour ses tout petits« La période la plus importante de la vie n’est pas celle des études universitaires, mais la première, celle qui court de la naissance à l’âge de six ans » disait Maria Montessori, doctoresse italienne, mondialement connue pour la méthode pédagogique qui porte son nom.

Forts de constat, et conscients que l’avenir de nos enfants est également celui de notre société, nous nous efforçons de développer une offre de service qualitative qui réponde concrètement aux besoins des familles givordines.

Le Pôle Petite Enfance que nous inaugurons aujourd’hui en est, je crois, une bonne illustration.

D’une surface totale de 950 m2, avec sa terrasse et son jardin, cette nouvelle structure dédiée à la petite enfance, permet d’accueillir :

– 1 crèche de 60 places,
– 1 Relais d’Assistants maternels,
– le lieu d’accueil enfants parents,
– et un prochain point d’accueil et d’information pour les familles.

Situé au cœur de la Cité Avenir, ce nouvel équipement s’intègre dans un quartier en pleine effervescence avec :

Givors voit grand pour ses tout petits- un pôle administratif et des services publics de haut niveau,
– un pôle d’affaires réunissant des activités économiques et commerciales attractives,
– des logements à la location et à la vente,
– de nouveaux espaces publics,
– et une proximité immédiate des transports en commun et de la gare de Givors ville.

L’implantation de ce Pôle Petite Enfance n’est évidemment pas un choix anodin car nous avons souhaité faciliter le quotidien des familles givordines qui pourront bénéficier des transports en commun et des « dessertes voitures sécurisées » pour déposer leurs enfants à la crèche.

Au-delà de ces aspects urbains, nous avons également souhaité accorder de véritables moyens pour la réussite de cette structure éducative en recrutant de nouveaux agents : 2 éducatrices à plein temps et 1 poste et demi d’auxiliaire de puériculture.

Ainsi l’équipe de la crèche est composée de :

1 directrice, responsable de la structure, Aurélie Lacroix,
3 éducatrices,
9 auxiliaires de puériculture,
5 agents titulaires du CAP Petite Enfance,
1 cuisinière et une diététicienne,
2 assistantes maternelles,
2 agents d’entretien,
1 pédiatre référent qui participe de manière régulière à la surveillance médicale des enfants.

Dans un contexte où les besoins des familles et de leurs enfants évoluent, Givors fait le pari, il est vrai coûteux, de développer l’offre pour la petite enfance.

Merci aux élus qui ont voté le budget pour réaliser cet équipement.

Merci à l’ensemble du personnel de la crèche, sans qui les nombreux projets que nous développons pour le territoire et ses habitants ne se réaliseraient tout simplement pas.

Merci à la Caisse d’Allocations Familiales qui intervient dans l’investissement et le fonctionnement dans le cadre du contrat Enfance Jeunesse, à hauteur de 470 000 € pour la crèche et de 207 000 € pour le Relais d’Assistants Maternels.

Givors voit grand pour ses tout petitsMerci au conseil général du Rhône, sa présidente Danielle Chuzeville, et Éric Poncet, conseiller général chargé de la famille et de la petite enfance, qui finance le Pôle Petite Enfance à 50%, à hauteur de 887 000 €, dans le cadre du contrat pluriannuel avec la ville de Givors. Danielle Chuzeville qui a tenu à saluer l’important investissement de la ville de Givors pour ce projet d’envergure « qui est un exemple de réalisation pour la petite enfance dans notre département ».

Merci enfin à la ville de Givors qui a investi plus d’un demi-million d’euros (536 000€) pour cet équipement d’envergure.

« On mesure le degré de civilisation d’une société à la manière dont elle traite ses citoyens les plus fragiles », disait le poète.
J’ajouterai que l’on mesure le degré de civilisation d’une société à la manière dont elle traite ses tout-petits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page