Pour que le 8 mars ne soit pas qu’un évènement ponctuel

Pour que le 8 mars ne soit pas qu'un évènement ponctuel

C’est en présence d’une assistance nombreuse que la ville de Givors a célébré, vendredi 8 mars à la Maison du Fleuve Rhône, la journée internationale de la femme.

L’objectif de cette journée fut justement, dès l’origine, placé sous le signe du progrès.

C’est en 1910, à Copenhague au Danemark, que naquit l’idée d’une Journée Internationale de la Femme, à l’initiative de la journaliste allemande Clara Zetkin qui déclarait que « les femmes de tous les pays devaient organiser tous les ans une journée des femmes qui servirait en premier lieu la lutte pour leur droit de vote ».

Si ce message nous apparaît aujourd’hui comme une évidence, il faut bien reconnaître qu’il n’a été que tardivement entendu par la plupart des pays, y compris le nôtre, puisque le droit de vote a été accordé tardivement le 21 Avril 1944 avec la Libération.

Pour que le 8 mars ne soit pas qu'un évènement ponctuelUn droit que les citoyennes françaises ont pu utiliser pour la première fois le 20 avril 1945 pour les élections municipales.

Pour autant le combat des femmes ne s’est pas achevé avec le droit de vote.

Il est même toujours d’actualité car personne n’ignore les inégalités tenaces qui perdurent en France comme ailleurs de par le monde.

Je pense notamment :

•    aux inégalités de traitement dans le travail à travers le niveau de salaire, l’accès aux responsabilités, la forte proportion d’emplois précaires, etc. (En France, tous temps de travail confondus, les hommes gagnent 37% de salaire en plus que les femmes, ces dernières étant plus de 4,7 millions à vivre, seule ou avec des enfants, sous le seuil de pauvreté).

•    je pense aux atteintes à la liberté et à la dignité et aux violences conjugales qui constituent un véritable fléau puisqu’une femme sur dix en est encore victime à l’heure actuelle,

Pour que le 8 mars ne soit pas qu'un évènement ponctuel•    je pense à la très faible représentation des femmes dans toutes les instances républicaines et ce malgré des lois contraignantes que bien souvent les partis politiques contournent en payant simplement des amendes.

Où est la parité ? Où est l’égalité des droits dans le travail ? Quels sont les moyens alloués à la Justice et à la Police pour accompagner les femmes victimes de violence ?

« Une moitié de l’espèce humaine est hors de l’égalité, il faut l’y faire rentrer : donner pour contrepoids au droit de l’homme le droit de la femme », disait Victor Hugo dans son recueil « Actes et paroles », publié en 1876.

Pour que le 8 mars ne soit pas qu'un évènement ponctuelA l’évidence, sur cette question comme sur beaucoup d’autres, nous devons rester mobilisés et vigilants au quotidien afin que les droits acquis ne soient pas remis en cause et soient même développés pour tous et pour les femmes en particulier.

C’est pour cela qu’à Givors, depuis plus de 20 ans, nous mettons à l’honneur toutes celles qui à travers leurs actions et leur dévouement apportent leurs pierres à l’édifice de la grande lutte pour le droit des femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page