Aragon – C’est dans la jeunesse qu’est tout mon espoir

Aragon - C’est dans la jeunesse qu’est tout mon espoir

Jeudi 4 avril, j’ai eu le plaisir de participer au 30ème anniversaire de la disparition de Louis Aragon organisé par la Cité scolaire Aragon Picasso en partenariat avec la région Rhône-Alpes et la ville de Givors.

Louis Aragon, de son vrai nom Louis Andrieux, est né le 3 Octobre 1897.

Après une brillante scolarité, il entame des études de médecine.

Incorporé en 1917, il part pour le front où il rencontre André Breton et participe à la création du mouvement artistique du Dadaïsme, puis à la naissance du surréalisme qu’il théorise dans « Une vague de rêve ».

En 1928, il rencontre Elsa Triolet avec qui il formera un couple mythique. Elsa Triolet, qui a également donné son nom à une école élémentaire de Givors.

Journaliste à l’Humanité, il créé la revue des Lettres françaises.

Aragon - C’est dans la jeunesse qu’est tout mon espoirPendant la Seconde Guerre mondiale, il entre en résistance et créé le comité national des écrivains. Il dénonce le Stalinisme et gardera jusqu’à sa mort son engagement au PCF.

Pour avoir organisé cette commémoration du 30ème anniversaire de ce grand poète français, j’ai tenu à féliciter les élèves et les enseignants, qui se sont fortement investis sur le projet, ainsi que le proviseur, Gérard Bossolasco, et Bernard Vasseur, philosophe et directeur de la Maison Elsa Triollet-Aragon.

J’ai tenu également à saluer la présence de Guy Palluy, conseiller régional, et de Elisabeth Linet, Inspectrice d’académie régionale, représentante de la rectrice de l’académie de Lyon, qui se sont associés à cet hommage à Aragon.

Cette commémoration marque le 30ème anniversaire de la disparition
● d’un écrivain de talent,
● d’un poète de génie. La poésie est magnifique et n’est pas seulement réservée à une élite.
● d’un militant communiste qui avait des doutes mais aussi des certitudes autour des valeurs universelles que sont le respect de l’être humain, l’ouverture aux autres et la justice sociale.

Aragon - C’est dans la jeunesse qu’est tout mon espoirLes valeurs que défendait Aragon, à travers son œuvre, restent d’une grande actualité.

Les transmettre est indispensable pour construire une société organisée autour du bien vivre ensemble.

Le dévoilement de la plaque en hommage à ce monument de la littérature est donc
● un acte de connaissance d’Aragon et de son œuvre,
● un acte émancipateur car ses écrits interpellent et poussent à la réflexion,
● un acte de résistance.

Pour une ville qui se construit chaque jour grâce à la richesse de la diversité de sa population et à la richesse de l’implication de ses partenaires, cet hommage n’est pas un évènement mais un tremplin.

Jean D’Ormeson, écrivain de talent qui n’est pas ce que l’on pourrait appeler un écrivain de gauche, porte lui-même une grande admiration pour Aragon qu’il considère comme l’un des plus grands écrivains de la langue française.

Aragon - C’est dans la jeunesse qu’est tout mon espoirPour ma part, le temps de relire le poème « La Rose et le Réséda » et le « Roman Inachevé », avec l’admirable poème de « l’Affiche rouge » en hommage au groupe Manouchian, pour me rappeler la qualité des textes d’Aragon.

Ce n’est pas un hasard si Ferré, Ferrat et Brassens, entre autres, ont repris en chanson les plus beaux poèmes d’Aragon.

Comme le disait ce grand poète, « il y a toujours un rêve qui veille » et « c’est dans la jeunesse qu’est tout mon espoir. »

Puissions-nous donner les moyens à notre jeunesse de rêver et de participer à la création d’une société plus humaine, plus fraternelle et plus solidaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page