Un don pour la vie

Un don pour la vieC’est en présence de plus de 170 personnes que j’ai eu le plaisir d’accueillir, samedi 13 avril, le congrès régional des donneurs de sang bénévole de Rhône-Alpes.

J’ai tenu à remercier chaleureusement pour leur présence et l’organisation de cette initiative :

- Michelle Soulier, présidente du comité régional,

- Roger Praile, président de l’union départementale,
- Françoise Tabarand, présidente de l’amicale du Don du Sang de Givors-Grigny,
- Jean-Paul Bobichon, trésorier de l’amicale de Givors-Grigny et trésorier du Congrès,
- ainsi que l’ensemble des bénévoles et salariés des associations qui se mobilisent pour cette noble cause.

La ville de Givors est en effet heureuse d’accueillir, pour la première fois dans notre département, ce Congrès régional des donneurs de sang bénévoles de Rhône-Alpes, qui réunit les 7 unions départementales fédérées de la région.

Cet accueil est d’autant plus important que les valeurs de solidarité, d’humanisme et de progrès portées par la Fédération Française pour le Don de Sang Bénévole sont des valeurs partagées à Givors.

La question du don du sang est un sujet important qui concerne des millions de nos concitoyens.

J’ai souvent eu l’occasion de le dire : « donner son sang est un acte de partage, de fraternité et de véritable solidarité ».

Grâce aux donneurs, ce sont des milliers de vies qui sont, peuvent et pourront être sauvées. C’est pour cela que le don de sang est un don de soi, un geste vital et irremplaçable.

Un don pour la vieEn France, le don de sang est également un acte gratuit et désintéressé pour des millions de donneurs.

Un acte gratuit et désintéressé particulièrement significatif dans une société où tout est marchandisé : la culture, le sport, et trop souvent la santé.

Les principes éthiques du don de sang que sont
- l’anonymat,
- le bénévolat,
- l’engagement du donneur,
- et le non-profit commercial,
sont des principes forts dont peut être fier notre pays alors que de nombreux pays ont, quant à eux, développé une banque du sang payante.

« Pas de profit financier en ce qui concerne les matières humaines vivantes », ce principe éthique fondamental, auquel notre pays est particulièrement attaché, doit non seulement rester une réalité française, mais il pourrait devenir une référence internationale.

Si le sang et les produits sanguins labiles ne peuvent être source de profit financier, c’est aussi parce qu’ils sont produits et fournis par un service public : l’Établissement Français du Sang.

En période de crise économique et sociale, mais aussi en période de doute et d’intenses débats sociétaux, il est bon de rappeler que chaque être humain possède une valeur intrinsèque absolue et inaltérable et qu’on ne peut pas lui donner un prix comme à celui d’une quelconque marchandise.

C’est d’ailleurs exactement ce que signifie le sens donné à la « dignité de la personne humaine » : c’est posséder une valeur, mais pas un prix.

Notre pays et son système d’hospitalisation publique peut ainsi s’honorer de pouvoir prendre en charge tous les malades, quelque soit leur niveau social ou leurs origines, et peut également être fier d’être à l’origine de la découverte et de la généralisation éthique des greffes, tant de moelle osseuse que du sang de cordon.

Cela rend d’autant plus inacceptables toutes les tentatives de marchandisation du corps humain et toutes les tentatives de privatisation du système sanitaire français, en particulier du système de dons.

Parler du don de sang, c’est aussi et toujours parler des autres types de dons :
- dons de plasma ou de plaquettes,
- auto-transfusion,
- dons de moelle osseuse,
- dons d’organes.

S’il est réconfortant de savoir que chaque année 400 000 patients sont traités
grâce à la solidarité de plus de 1,6 millions de donneurs, il est bien dommage de ne pas pouvoir faire plus car les besoins de sang sont bien réels, et bien souvent le sang constitue la seule chance de soins des patients qui souffrent d’un déficit en composants sanguins.

Dans une société qui pousse à l’individualisme et au repli sur soi, l’esprit solidaire et les ambitions du mouvement associatif du don du sang sont donc exemplaires.

Dans cette démarche, l’Amicale des Donneurs de Sang bénévoles de Givors-Grigny joue un rôle important et accomplit un travail remarquable à travers ses 5 collectes annuelles et les plus de 500 prélèvements qu’elle a effectués en 2012.

L’occasion de remercier Françoise Tabarand, présidente de l’amicale, et toutes celles et ceux qui à ses côtés accomplissent quotidiennement un travail de qualité voué à sauver la vie des autres.

Un don pour la vieJe voudrais également remercier Mesdames Dominique Legrand, directrice de l’Etablissement Français du Sang Rhône-Alpes, et Michèle Soulier, présidente régionale de la Fédération Française pour le Don de Sang Bénévole.

Ce congrès régional des donneurs de sang bénévoles de Rhône-Alpes se tient dans une ville qui a obtenu la Croix de guerre et la Croix de la Résistance pour le nombre élevés de ses enfants morts dans la lutte contre le nazisme, et qui sait donc ce veut dire le mot liberté.

● Une ville composée de différentes populations venues à Givors pour trouver le travail nécessaire à faire vivre leur famille, et qui sait donc ce que veut dire le mot égalité.

● Une ville qui sait que la différence est une richesse, et qui sait donc ce que veut dire le mot fraternité.

● Une ville enfin qui accueille le Congrès régional de don du sang, et qui sait donc ce que veut dire le mot solidarité.

Elle le sait si bien qu’elle a décidé de l’inscrire sur le fronton de la mairie afin de compléter nos belles valeurs républicaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page