Centenaire de la naissance d’Aimé Césaire

Centenaire de la naissance d’Aimé CésaireSamedi 25 mai, j’ai été heureux de participer à la commémoration de l’abolition de l’esclavage colonial, qui fut également l’occasion d’honorer la mémoire de l’une de plus grandes figures du combat pour la dignité de l’homme noir : Aimé Césaire.

J’ai tenu à remercier pour son invitation José Pierrot, président de l’association la Fourmilière, ainsi que tous les bénévoles qui ont participé à l’organisation de cette journée commémorative, festive et pédagogique.

Depuis 2001, le Sénat a adopté la loi Taubira désignant la traite et l’esclavage comme un crime contre l’humanité ; et depuis 2005, nous commémorons la journée de l’abolition de l’esclavage pour effectuer notre devoir de mémoire et enseigner aux plus jeunes la tragédie que constitua ce honteux trafic d’êtres humains, l’asservissement de millions d’hommes et de femmes niés dans leur humanité.

Centenaire de la naissance d’Aimé CésaireCette manifestation ne commémore pas seulement l’abolition de l’esclavage et les victimes de cette sombre période, elle participe aussi à l’éveil des consciences, pour transmettre aux générations futures les valeurs d’ouverture, d’humanisme, de liberté et de solidarité.

Givors a été la première ville française en métropole à avoir inauguré en 2008 une rue Aimé Césaire afin de rendre hommage à ce grand écrivain, co-fondateur du mouvement littéraire de la négritude, qui dénonça, tout au long de sa vie, l’oppression culturelle héritée du système colonial français, le racisme et l’idéologie colonialiste.

Aimé Césaire aurait eu 100 ans le 26 juin prochain.

Centenaire de la naissance d’Aimé CésaireFigure éminente de la scène artistique du 20ème siècle, il fut non seulement l’un des plus grands écrivains contemporains, mais aussi un homme politique humaniste, actif et très engagé au service de son pays et de ses concitoyens.

Son engagement à gauche, à côté du combat inlassable pour la dignité de l’homme noir, l’amena à se consacrer pendant plus d’un demi-siècle de vie politique, à l’amélioration des conditions de vie du peuple de Martinique.

Après la deuxième guerre mondiale, cet engagement s’est tout naturellement traduit par l’adhésion au Parti Communiste Français en 1946.

Centenaire de la naissance d’Aimé Césaire « Le colonialisme, disait Aimé Césaire, porte en lui la terreur, il porte aussi en lui, […] le mépris de l’homme, la haine de l’homme, bref, il porte en lui le racisme. Que l’on s’y prenne comme on voudra, on arrive toujours à la même conclusion : il n’y a pas de colonialisme sans racisme ».

Les descendants des esclaves n’ont jamais exigé des excuses. Ils ont demandé, ils demandent encore la reconnaissance de leur blessure.

Ils n’ont pas demandé réparation. Ils ont demandé de la compréhension et le respect de leur singularité, de leur identité meurtrie.

Ils n’ont pas demandé de droits particuliers. Ils n’ont pas exigé plus de droits que les autres au motif qu’ils avaient davantage souffert.

Ils ont seulement demandé la liberté, l’égalité et la fraternité pleines et entières. Ils ont demandé que nous donnions à ces mots tout leur sens.

•    La liberté, c’est le Droit qui la garantit.
•    L’égalité, c’est la raison qui l’exige.
•    La fraternité, c’est le cœur qui l’appelle.
 
Centenaire de la naissance d’Aimé CésaireAujourd’hui, de la souffrance d’une mémoire partagée, d’une histoire douloureusement assumée ensemble, nous devons faire la source d’une espérance nouvelle. Le droit, la raison et le cœur, voilà par quoi nous pouvons donner un sens à un avenir commun.

Centenaire de la naissance d’Aimé CésaireSi nous commémorons l’abolition de la traite et de l’esclavage, ce n’est pas pour répéter indéfiniment le passé au point d’en devenir prisonnier, ce n’est pas pour mettre en concurrence les mémoires et les souffrances, ce n’est pas pour diviser, c’est pour comprendre, pour unir et pour construire.

Centenaire de la naissance d’Aimé CésaireVoilà le message que nous a légué celui qui fut un éducateur, un penseur et un témoin de son siècle, en même temps qu’un modèle d’engagement au service de la défense des valeurs universelles et humanistes que sont le respect de l’être humain, l’ouverture aux autres et la justice sociale.
 
L’hommage qui lui est rendu aujourd’hui permet de transmettre son héritage culturel aux jeunes générations !
 
Pour rester éveillé, vigilant, attentif, la conscience en alerte. Il ne faut pas oublier. Et nous pouvons nous appuyer sur les géants qu’étaient Toussaint Louverture, Victor Schöelcher et Aimé Césaire.

Centenaire de la naissance d’Aimé Césaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page