Un nouvel élan pour les luttes des anciens verriers

Un nouvel élan pour les luttes des anciens verriersIl y a un mois, la municipalité de Givors a mis en lumière les voutes de la place Pasteur et la Cheminée VMC à l’occasion de la traditionnelle Fête des Lumières à Givors, tant pour poursuivre notre programme de valorisation et de restauration du patrimoine de Givors que pour rendre hommage aux anciens verriers et aux luttes qu’ils menèrent et qu’ils mènent encore.

Ce samedi 18 janvier 2014, avec l´association des anciens verriers et les élus de Givors et Grigny, nous avons déposé une plaque à la mémoire des verriers et de leurs luttes pour la reconnaissance des maladies professionnelles.

J’ai tenu à remercier de leur présence :

– René Balme, maire de Grigny, pour son soutien à l’association des anciens verriers,
– Alain Chabrolle, vice-président du conseil régional délégué à la santé et à l’environnement,
– Guy Fischer, sénateur du Rhône, ancien vice-président du Sénat, qui a multiplié les interventions et les questions écrites au Sénat et auprès du gouvernement,
– Jean Claude Moioli, Président de l’association des anciens verriers,
– Laurent Gonon, coordinateur de l’association des anciens verriers de Givors,
– les anciens verriers ainsi que leurs familles,
Un nouvel élan pour les luttes des anciens verriers- M. Tallandier, principal du collège Lucie Aubrac,
– et les élèves du collège Lucie Aubrac qui ont initié et réalisé la magnifique exposition « La cheminée, et après ? », prouvant, une fois de plus, que les jeunes givordins sont capables de travailler à la réussite d’un projet collectif.

Héritière des verreries royales implantées dès 1749 à Givors, la verrerie VMC a contribué à l’essor industriel de la ville et employait plusieurs centaines de salariés.

Filiale à 44% du groupe Danone, l’usine fut reprise par un fonds de pension canadien qui, motivé par l’appât du gain, prétexta une rentabilité insuffisante pour fermer l’usine, qui, pourtant en 1999, versait 38 millions de Francs de dividendes aux actionnaires.

Un nouvel élan pour les luttes des anciens verriersMalgré les très fortes mobilisations des ouvriers, des syndicats, des élus et de la population de Givors, et bien au-delà, pour maintenir l’activité verrière et l’emploi à Givors, le dernier four fut percé en 2003.

Si les nombreuses mobilisations permirent un plan de reclassement acceptable, d’autres luttes commençaient pour la reconversion économique du site et pour la reconnaissance des maladies professionnelles des anciens verriers.

“On va au travail pour nourrir sa famille, pas pour y mourir” disait Christian Cervantes, qui nous a malheureusement quitté l’année dernière, comme malheureusement beaucoup d’autres anciens verriers victimes de maladies liées à leur activité professionnelle.

● Après avoir subi les injustices concernant leurs déplorables conditions de travail,

Un nouvel élan pour les luttes des anciens verriers● Après avoir subi les injustices concernant la fermeture de VMC en 2003 alors que l’entreprise était rentable,

● les anciens ouvriers subissent aujourd’hui une injustice encore plus ignoble car elle concerne le refus de la reconnaissance de leurs maladies professionnelles.

Malgré la mobilisation de leur association et les nombreuses interventions de la municipalité de Givors aux 1er Ministres, aux ministres de la Santé et du travail qui se sont succédé, ainsi qu’aux différents services de l’État concernés, pour l’instant les portes sont clauses.

Mais rien n’est immuable.

Comme elle l’a fait dans les années 2000 contre la fermeture de l’usine, et comme elle le fait depuis des années, la municipalité de Givors continuera de soutenir le combat de l’association des anciens verriers pour qu’enfin soit reconnues leurs maladies professionnelles et qu’enfin de nouvelles normes soient prises en compte pour celles et ceux qui, aujourd’hui encore, travaillent le verre.
Un nouvel élan pour les luttes des anciens verriers
Cette plaque ainsi dévoilée, avec la cheminée mise en lumière, s’inscrit dans la devise de l’association : « Après les luttes pour l’emploi, le combat pour la vie ! ».

Le combat pour la vie des anciens verriers, mais également un combat pour la nouvelle vie de ce site qui était devenu une friche industrielle.

Un combat très difficile semé d’embûches pour reconvertir ce site et en faire le Confluent Parc dynamique et attractif qu’il est aujourd’hui.

C’est au prix d’une détermination de tous les instants des élus de la municipalité que, peu à peu, ont été obtenus les financements et réalisés les projets pour :

Un nouvel élan pour les luttes des anciens verriers- rendre le site de nouveau industrialisable,
– mettre en œuvre le projet innovant du village automobile,
– inscrire ce site dans la dynamique métropolitaine avec le Quattuor et le projet engagé d’un Hôtel des entreprises métropolitain,
– et réintégrer ce site stratégique au cœur de la ville, avec un retraitement paysager des berges du Gier, la création d’une nouvelle passerelle et des jardins ouvriers, et les projets de liaisons avec la gare de Givors Ville, etc.

La pose de cette plaque, à l’initiative de l’association des anciens verriers, est donc pour nous plus que symbolique.

– Plus que symbolique car elle rend hommage au travail et aux luttes menées par les anciens verriers et plus largement à toute l’histoire industrielle et ouvrière de notre ville.

– Plus que symbolique car, au-delà, cette plaque nous rappelle que les combats d’hier sont ceux qui se mènent aujourd’hui partout dans notre pays.

Un nouvel élan pour les luttes des anciens verriers- Rendre hommage aux anciens verriers et saluer leur mémoire, c’est ainsi lutter pour que les verriers d’aujourd’hui travaillent dans de meilleures conditions de sécurité,

– Rendre hommage aux anciens verriers et saluer leur mémoire, c’est ainsi continuer d’alerter sur les conditions de travail actuelles que vivent des millions d’ouvriers dans nos usines,

– Rendre hommage aux anciens verriers et saluer leur mémoire, c’est finalement inscrire leur combat dans la continuité des luttes qui se mènent pour la santé et la sécurité des travailleurs, et pour garantir les droits des salariés dans notre pays.

C’est ainsi une belle revanche sur la fatalité et une belle leçon de vie que nous donnent
– les combats des anciens verriers,
– et les mobilisations de la municipalité et de ses différents partenaires publics et privés pour redonner vie et avenir à ce site du Confluent Parc.

Un nouvel élan pour les luttes des anciens verriers Un nouvel élan pour les luttes des anciens verriers

Un nouvel élan pour les luttes des anciens verriers Un nouvel élan pour les luttes des anciens verriers

Un nouvel élan pour les luttes des anciens verriers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page