Appel du 18 juin: Résister au présent

Appel du 18 juin: Résister au présent

En présence des associations d’anciens combattants, des élus de la majorité municipale et des Givordins, nous avons célébré hier, à l’esplanade de la Résistance et de la déportation, le 74ème anniversaire de l’appel du 18 juin 1940, lancé à la radio depuis Londres par le Général De Gaulle, un responsable militaire et politique alors très peu connu des Français qui, en son temps, a su dire NON à la débâcle et à la capitulation de la France.

J’ai tenu à excuser Louis Soulier, adjoint aux anciens combattants, et à remercier Yves Pron, président de l’UFAC, et Henri Bazin, qui officient chaque année pour cette traditionnelle cérémonie de l’Appel du 18 juin.

Chaque année, nous rendons ainsi hommage à toutes celles et ceux qui ont répondu à cet appel à la Résistance, à cet appel de courage, d’espoir et de lutte.

Appel du 18 juin: Résister au présentEt depuis 3 ans maintenant, nous accomplissons ce devoir de mémoire sur l’esplanade de la Résistance et de la Déportation.

Dans la grande diversité de la Résistance, toutes et tous ont eu le mérite et l’intelligence de mettre leurs différences politiques, religieuses ou ethniques au service de la Liberté et d’un idéal commun qui s’appelait la France.

Aujourd’hui, comme chaque année, quand nous rendons hommage à leur combat, à leur dévouement ainsi qu’à leur courage, nous rendons hommage à la France dans toute sa diversité, à la France riche et forte de toutes ses différences.

Mais, de toute évidence, le 18 juin qui nous a réuni s’inscrit dans un contexte particulièrement préoccupant, au regard de ce qui passe partout sur la planète.

Appel du 18 juin: Résister au présentGuerre, extrémisme et fanatisme, pauvreté, racisme et repli sur soi déstabilisent chaque jour, un peu plus, pays et continents sans que de véritables alternatives n’émergent pour répondre à l’urgence et à la détresse des peuples.

En cette année de 74ème anniversaire de l’Appel du Général de Gaulle, qui est aussi

– le 70ème anniversaire du débarquement du 6 juin 1944,

– et le centenaire de la Première Guerre Mondiale de 14-18, pour lequel la ville de Givors a engagé un important programme de commémorations,

Qu’a-t-on appris des guerres et des terribles tragédies qui ont embrasé notre planète et décimé des dizaines de millions d’êtres humains ?

Qu’a-t-on retenu des messages et des valeurs qui nous ont été légués par toutes celles et tous ceux qui ont connu l’innommable et qui ont résisté à l’inacceptable ?

Appel du 18 juin: Résister au présentRappeler et comprendre les épreuves de l’histoire ne peut que servir à mieux construire le présent et l’avenir, en s’interrogeant sur les drames subis par l’humanité afin de ne plus les reproduire et les revivre.

Qu’en est-il réellement aujourd’hui, alors que nous entrons dans une nouvelle période historique pleine de défis à surmonter mais aussi de dangers à affronter ?

« Le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres » disait déjà le célèbre philosophe et théoricien politique, Antonio Gramsci, au début du 20ème siècle.

– Extrémisme et fanatisme de toutes sortes,

– guerres qui frappent plusieurs pays,

– montée des nationalismes et du racisme,

sont autant de réalités inquiétantes pour les démocraties et de nombreux pays confrontés à une grave crise économique et sociale, au rejet de la politique et à une mondialisation qui exacerbe les inégalités et les tensions.

Appel du 18 juin: Résister au présentSi j’évoque tout cela, c’est parce qu’il m’est impossible de ne pas mettre en perspective ce que nous vivons aujourd’hui avec les idéaux de paix, de liberté et de progrès social qui nous été légués par toutes celles et tous ceux qui, dès le 18 juin, ont accepté de résister.

Aujourd’hui, il ne suffit pas de commémorer le passé pour le momifier, mais bien de résister au présent pour mieux construire notre avenir commun.

Résister au présent, en luttant contre tous les fanatismes et tous les extrémismes,

Résister au présent, en nous interrogeant sur le modèle de société que nous souhaitons léguer à nos enfants et petits-enfants.

Appel du 18 juin: Résister au présentRésister au présent, contre toutes les attaques contre notre République, en n’oubliant pas que ce sont les mêmes tendances extrémistes qui ont tenté d’assassiner le Général De Gaulle, le 8 septembre 1961, et plus tard le Président de la République Jacques Chirac, le 14 juillet 2002.

● Et comment ne pas résister au présent, quand dans certaines communes, comme à Bollène, le chant des partisans est interdit aux cérémonies commémorant l’appel du 18 juin ?

Parce que « le ventre d’où est sorti la bête immonde est toujours fécond », nous devons, à l’évidence, affirmer toujours plus haut et toujours plus fort les belles valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de solidarité qui fondent notre société et notre République.

Appel du 18 juin: Résister au présentDans les périodes troublées où les valeurs humaines sont mises à mal,

● la seule boussole qui doit nous guider, c’est la boussole du respect mutuel,

● les seules valeurs qui doivent nous éclairer, ce sont les valeurs républicaines,

● les seuls comportements qui doivent nous animer, ce sont des comportements de solidarité.

C’est ainsi, et ainsi seulement, que nous donnons et donnerons la meilleure part d’humanité que chacune et chacun possède en soi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page