Rafle du Vel d’Hiv : se souvenir pour lutter contre toutes les haines

Rafle du Vel d’Hiv : se souvenir pour lutter contre toutes les hainesIl y a 72 ans, les 16 et 17 juillet 1942, l’État français sous gouvernement de Vichy accomplissait l’innommable avec la rafle du Vélodrome d’Hiver au cours de laquelle plus de 13 000 juifs sont arrêtés par des gendarmes et policiers français. L’opération est menée à partir de listes préalablement établies par la préfecture de police.

Des milliers de personnes, dont 4 000 enfants, sont rassemblées au Vélodrome d’Hiver, dans les pires conditions, avant d’être transférées dans les camps d’internement du Loiret, ou à Drancy pour être déportées vers l’Est, avec la complicité de l’État français.

Depuis 1993, chaque année, notre nation rend hommage aux victimes des crimes racistes et antisémites perpétrés par l’État français, et depuis une loi de 2000 cette journée est également l’occasion pour notre pays de témoigner sa reconnaissance à toutes celles et tous ceux « qui ont recueilli, protégé ou défendu, au péril de leur propre vie et sans aucune contrepartie, une ou plusieurs personnes menacées de génocide ».

Durant toute la guerre, et devant l’ignominie de la solution finale, des Français, de tout le pays, de toutes catégories sociales et de toutes confessions, ont en effet soustrait des hommes, des femmes et des enfants aux recherches de la police française et des Allemands.

Tout comme les résistants ont su garder la flamme du pays de la liberté, par leurs actes les Justes de France ont fait vivre la flamme du pays des Droits de l’Homme.

VelDhiv.jpegAussi, en cette année de 72ème anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv, qui est aussi

– le 70ème anniversaire de la libération de la France,
– et le centenaire de la Première Guerre Mondiale de 14-18, pour lequel la ville de Givors a engagé un important programme de commémorations,

puisse ce devoir de mémoire aider au souvenir et à la connaissance historique pour les jeunes générations, en rappelant que

● s’il nous faut condamner la barbarie nazie, honorer les « Justes » et appeler à la paix,

● il nous faut également appeler à la tolérance, à la solidarité, et à la fraternité au moment où l’actualité fait régulièrement état de la multiplication des propos et des actes xénophobes, antisémites et racistes dans notre pays.

Plus que jamais notre société fait face à des dangers et à des retours en arrière avec la montée des fanatismes et des extrémismes de toutes sortes, et la poussée de l’extrême droite, à l’exemple des dernières élections municipales et européennes.

– A Givors, des tags haineux ont souillé le siège de la section PCF et PS de Givors, certains monuments, stèles, squares, bâtiments et espaces publics de la ville, ainsi que des vitrines de commerces et de restaurants givordins,

– des menaces de mort et des actes racistes ont été commis,

– des vidéos et des commentaires insupportables, méprisant la ville de Givors et certains de ses habitants, ont été publiés sur Internet.

A l’évidence plus que jamais, la vigilance s’impose car plus que jamais, ce qui a conduit notre planète au bord du gouffre, peut de nouveau menacer l’avenir de notre humanité.

C’est pourquoi le devoir de mémoire ne se résume pas seulement à rendre justice aux victimes des dizaines d’années après, mais il doit nous permettre de mieux réfléchir au passé pour mieux s’opposer, au présent, à toutes les atteintes aux libertés et aux discriminations.

Les valeurs les plus belles restent, en effet, bien ternes si elles ne sont pas accompagnées d’actes concrets.

Passer du propos aux actes n’est pas toujours simple, mais c’est pourtant indispensable pour faire évoluer les mentalités et faire bouger les choses, afin de promouvoir collectivement et individuellement la tolérance, le respect de l’autre et l’amitié entre les peuples et les cultures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page