Grand Lyon : La logistique urbaine au service du dynamisme commercial

Grand Lyon : La logistique urbaine au service du dynamisme commercial

Comme vice-président du Grand Lyon, en charge des déplacements et de l’intermodalité, j’ai assisté, lundi 29 septembre, à la réunion concernant « l’enquête livraison Presqu’ile », en présence de

– Jacques Decours, vice-président en charge de l’Animation du Commerce, à la CCI de Lyon,

– Jean-Yves Sécheresse, vice-président du Grand Lyon, en charge de la stratégie métropolitaine.

La logistique urbaine constitue

•l’un des enjeux forts des politiques de mobilité et d’aménagement urbain d’aujourd’hui et de demain,

•l’un des facteurs d’attractivité et de dynamisme des villes, des agglomérations et notre future métropole,

•l’un des terrains de concertation, d’expérimentation et d’innovation au service des acteurs économiques et des habitants.

Pourvoyeur d’emplois, générateur d’activité économique, acteur essentiel des flux de trafics et vecteur indispensable de la vie urbaine, ce secteur génère en même temps, des nuisances à diminuer, suppose des anticipations de gestion et une visibilité pour des projets d’aménagement et développement urbain.

Tout ceci pour :

•être au service de tous,

•prendre en compte l’évolution des pratiques de consommation,

•favoriser l’activité économique,

•mettre en oeuvre une organisation logistique de plus en plus performante,

•intégrer les exigences du développement durable.

L’enjeu de la logistique urbaine pour la deuxième agglomération de France est très important, car ces questions touchent à tous les domaines de la vie de ce territoire, des acteurs économiques et des populations.

Depuis de nombreuses années, la volonté politique du Grand Lyon, dans ce secteur, comme dans bien d’autres, est de travailler collectivement à la prise en compte des défis de la vie quotidienne, du développement de l’agglomération et de la ville de demain.

Face aux multiples possibles d’une métropole en construction et d’un monde en mutation accélérée, il est indispensable que l’avance de Lyon dans ce secteur puisse se confirmer en se traduisant dans des réalisations et des démarches innovantes.

L’enquête « Livraison Presqu’île », dont le rendu est présenté, s’inscrit précisément dans cette volonté politique du Grand Lyon

•volonté de travailler en concertation du transport de marchandises, afin de

•prendre en compte la logistique urbaine comme un véritable service urbain aux habitants, aux commerces et aux entreprises, facteur de dynamisme économique et commercial.

Il est donc nécessaire de connaître finement des pratiques de livraison des commerces de la Presqu’Ile, du point de vue du commerçant et du livreur.

Je tiens à saluer la coopération entre CCI, CMA, association des commerçants Tendance Presqu’Ile et le Grand Lyon sur la réalisation de l’enquête.

Cette enquête est l’un des volets d’un travail partenarial plus large avec les fédérations professionnelles et avec les associations représentatives des opérateurs logistiques, transporteurs, distributeurs :

•avec Tendance Presqu’Ile sur la logistique urbaine,

•avec Club Demeter, association de professionnels de la chaîne logistique avec qui nous expérimentons des livraisons en horaires décalés depuis juin 2014,

•avec AFILOG, association de professionnels de l’immobilier/foncier/aménagement en logistique dont le Grand Lyon est la première collectivité membre.

Le travail partenarial est bien évidemment essentiel dans le monde de la distribution urbaine, car de nombreux acteurs sont concernés et les solutions sont forcément collaboratives.

Pour le Grand Lyon, améliorer les conditions de livraisons est important, car le dynamisme commercial dépend de la qualité et la réactivité des livraisons.

C’est pour cela que le Grand Lyon agit sur :

•l’aménagement des aires de livraison,

•l’appui aux expérimentations de solutions innovantes pour une logistique urbaine optimisée (services de stockage déporté pour les commerçants, livraisons à vélo, consignes, livraisons silencieuses en horaires décalés pour les points de vente qui le peuvent),

•la mise en place d’espaces logistiques urbains.

Je remercie enfin les élus, les directions et les services du Grand Lyon concernés,

mais également les chauffeurs-livreurs, qui ne font pas un métier facile en termes de cadences, d’horaires de travail, d’exigence de qualité de service. Faciliter leur travail est également l’un des objectifs de la politique du Grand Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page