Présentation du Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise

Présentation du Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise

Comme maire de Givors et vice-président du Grand Lyon en charge des transports et de l’intermodalité j’ai participé, lundi 6 octobre, à la présentation, en préfecture, du tracé du Contournement Ferroviaire de l’Agglomération Lyonnaise (CFAL).

Depuis le démarrage du projet de CFAL porté par l’État et RFF, et durant toutes les étapes d’élaboration et d’enquête publique concernant notamment le tracé sud, j’ai toujours défendu la même position:

  • Non au tracé, choisi par un gouvernement précédent, passant par l’Ozon pour rejoindre le site de Sibelin,
  • Oui à un tracé longeant la ligne à grande vitesse Lyon-Marseille,
  • Demande de protections phoniques le long des voies ferrées existantes ou à venir, notamment en milieu urbain et périrubain,
  • Développement du ferroutage pour réduire le tout camion, les nuisances et les insécurité engendrées, afin de préserver notre environnement et protéger notre planète.

Concernant le Grand Lyon, le conseil s’est prononcé à 2 reprises :
•    Le 19/9/2005 sur le tracé nord
•    Le 9/2/2009 sur le tracé sud

Le Grand Lyon réaffirme sa volonté d’une réalisation d’un seul tenant du CFAL et considère qu’il convient de privilégier le tracé le long de la LVG pour la partie sud.

Concernant plus particulièrement le territoire givordin, à la suite de mes nombreuses interventions en tant que maire de Givors et vice-président du Grand Lyon en charge des transports, le financement par l’État et l’Ademe a enfin été obtenu pour installer des protections phoniques le long de voies ferrées traversant Givors, ville adhérente à PARFER.

D’autre part, le projet de nouveau barreau ferroviaire dans Givors porté par l’État et RFF à la fin des années 90, pour permettre au réseau ferroviaire de faire face à la forte montée en charge du trafic liée au cadencement des TER sur la ligne Lyon/Givors/Saint-Etienne (qui est de loin la ligne TER la plus fréquentée de France hors Ile de France, avec par exemple 128 arrêts TER quotidiens dans les gares de Givors), a été depuis repoussé faute de financement public.

Enfin, la municipalité de Givors demande, au cas où un nouveau franchissement ferroviaire du Rhône serait construit en liaison avec le CFAL sud selon le tracé décidé par l’État, que ce nouveau pont se fasse au sud de Givors pour éviter que le trafic ferroviaire traverse Givors.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page