10ème édition de la semaine pour l’emploi à Givors

10ème édition de la semaine pour l'emploi à GivorsMardi 14 octobre, j’ai assisté au forum « une journée pour trouver et créer son emploi » dans le cadre de la 10ème édition de la semaine pour l’emploi, organisée par le Pôle emploi de Givors et ses nombreux partenaires en direction des demandeurs d’emplois de notre territoire.

J’ai tenu à remercier :
-Mme Dindar, secrétaire générale adjointe de la Préfecture du Rhône, représentant le Préfet de Région, Préfet du Rhône,
-Les maires et élus du canton de Givors,
-Mohamed Benoui et Sarah Mrad, élus de Givors en charge des questions du développement économique,
-Patrice Nowaczyk, directeur du Pôle emploi, et toute l’équipe pour la réussite de ce forum, bien utile aux populations de notre territoire.
- ainsi que tous les partenaires et les structures mobilisés pour l’emploi à Givors.
Dans un contexte national de crise économique et sociale qui s’aggrave,
avec un chômage massif qui ne cesse d’augmenter avec près de 3,5 millions de personnes sans aucune activité,
plus de 5 millions de personnes au chômage (toutes catégories confondues),
et des statistiques encore plus alarmantes pour les territoires les plus en difficulté,

cette opération revêt bien évidemment une importance toute particulière, en favorisant les entretiens et les recrutements entre les 30 entreprises présentes et les 400 demandeurs d’emplois qui se sont inscrits pour cette matinée.

Elle traduit la volonté forte des acteurs et partenaires locaux, qu’ils soient publics ou privés, de se mobiliser pour l’emploi et le dynamisme économique local.
Comme chaque année, la ville de Givors et ses élus sont pleinement partie prenante de cette initiative visant à aider les demandeurs d’emploi du territoire à trouver ou à retrouver le chemin de l’emploi et de l’activité professionnelle.
Notre territoire est particulièrement touché par ce contexte national de crise, par le chômage et les difficultés sociales qu’il génère, qui percutent de plein fouet et en permanence la mobilisation des élus, des acteurs économiques et des différents partenaires concernés, au service du dynamisme local et du rayonnement du territoire.

Car derrière l’aridité de ces chiffres, ce sont des femmes et des hommes qui luttent pour pouvoir travailler, nourrir leur famille et contribuer à l’activité économique de notre pays.

Derrière l’aridité de ces chiffres, ce sont des destins et des parcours personnels parfois brisés par un chômage de trop longue durée ou par des entretiens successifs qui n’aboutissent pas.

Derrière l’aridité de ces chiffres, ce sont des familles doublement pénalisées :

-par un chômage de masse qui prive les personnes de revenus et du lien social structurant que constitue le travail,
-et par une crise qui impacte tous les aspects de la vie quotidienne, avec des effets en chaîne catastrophiques pour les individus et la collectivité.

Et derrière l’aridité de ces chiffres, ce sont

- des carnets de commandes d’entreprises qui se vident, notamment pour les plus petites,
- des services sociaux des collectivités locales et des organismes sociaux qui explosent face aux demandes sociales,
- et plus globalement un cycle infernal qui tire les individus et toute la société vers le bas.
Le dogme de la réduction de la dépense publique et le cap de l’austérité ne sont pas la solution mais le poison
-pour le dynamisme économique, le développement des territoires et le carnet de commande des entreprises,
-pour l’investissement public et les services publics,
-pour la solidarité nationale et le développement de notre pays.
Plus que jamais, l’emploi doit être une priorité à tous les niveaux, pour l’État d’abord, mais aussi localement pour tous les acteurs et partenaires locaux, qu’ils soient publics ou privés.
Je regrette une nouvelle fois que, faute de financements, les Maisons de l’emploi soient contraintes de fermer, même si nous sommes pleinement mobilisés pour trouver d’autres solutions.
Plusieurs projets évoqués dans les médias ces derniers jours peuvent légitimement susciter des interrogations, voire des incompréhensions. Je pense :
● Au projet de renforcer le contrôle des chômeurs et de remettre en cause leurs allocations, alors que le montant moyen de l’allocation chômage est de 980 € brut par mois (seuil de pauvreté) et que nombre d’entre eux n’en bénéficient pas aujourd’hui, ce qui ne favorise pas la recherche d’emploi mais au contraire la pénalise.
● Au projet de fusionner le RSA et la prime pour l’emploi, ce qui conduirait à faire baisser le nombre de bénéficiaires.
● A la baisse de 3,67 milliards € des dotations d’Etat aux collectivités locales qui assurent 73% de l’investissement public, ce qui va impacter lourdement l’investissement public, donc le carnets de commandes des entreprises, des artisans et commerçants, et donc l’emploi. Et ce qui va lourdement pénaliser la ville de Givors avec une perte de 800 000 € par an,
● Aux autres réductions budgétaires prévues dans le projet de loi de finances 2015 qui vont également peser sur les services publics dédiés à l’emploi, la formation et l’insertion.
 
Pour endiguer le chômage dans notre pays et réussir cette mission d’intérêt général, il faudrait :
● mobiliser les moyens nécessaires pour les acteurs publics et privés, afin qu’ils puissent remplir pleinement leur mission au service des populations,
● s’appuyer sur les acquis solides qui font l’équité et la solidarité de notre système de travail,
● travailler ensemble, partenaires publics et privés, acteurs et structures de terrain
comme le fais la ville de Givors au quotidien à travers de nombreuses initiatives et projets partenariaux : Jobs d’été, Dating emploi, clauses d’insertion, CME que nous avons signés vendredi 10 octobre, mais aussi les 7,5 millions d’euros d’investissement annuel dédiés à l’aménagement et au développement de notre ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page