SOG judo : 50 ans pour un club de légende

SOG judo : 50 ans pour un club de légendeSamedi 18 octobre, j’ai eu l’honneur de participer aux côtés de Jean-Jacques Routaboul, adjoint aux sports, et des élus de Givors, au 50 ans du SOG judo.

J’ai tenu à remercier Jean Dutron, co-fondateur du club et Abdé Taïar, président du SOG judo, ainsi que les présidents successifs du club, les dirigeants, les encadrants, les professeurs, et tous les membres du staff technique et sportif et les bénévoles.

Remercier les  650 licenciés du club, les judokas et tous les athlètes et sportifs présents, ainsi que leurs parents et tous les supporters, et plus particulièrement les grands champions qui nous ont fait l’honneur de leur présence :

Loïc Piétri, champion du monde 2013, 3ème au championnat du monde 2014,

Clarisse Agbegnenou, championne du monde 2014, en individuel et par équipe,

- Jordan Amoros, champion de France 1ère division.

Le 1er septembre 1964, Jean Dutron, et son ami Henry Mery, fondaient ce qui allait devenir le SOG judo. L’un des clubs phares de la ville de Givors, l’un des tous meilleurs clubs de judo de la région Rhône-Alpes et l’un des plus compétitifs et prestigieux au niveau national.

Un club emblématique de notre ville et de son histoire, marqué par la volonté forte des municipalités, qui se sont succédées depuis cette époque, de développer le sport et ses valeurs.

SOG judo : 50 ans pour un club de légende

50 ans de dévouements, d’efforts et d’exploits humains et sportifs, qui ne peuvent être résumés en quelques mots.

50 ans d’une vie pleine, intense et passionnante, c’est l’âge de la maturité et de la force de l’expérience, où se fait le bilan d’un parcours bien rempli et où se forgent de nouveaux projets et de nouvelles ambitions.

Et lorsque l’on fait le bilan des 50 ans d’existence du SOG judo, on ne peut qu’être impressionné !

• Parti de rien si ce n’est d’une volonté farouche de créer un club,

• porté à bout de bras en affrontant toutes les embûches et toutes les épreuves qui sont le lot quotidien d’un club amateur,

• former des générations de judokas en leur transmettant les belles valeurs du sport et toutes les techniques du tatami,

• pour arriver au plus haut niveau national, avec des champions d’exception, des éducateurs de talent, des trophées à foison, des ceintures noires à gogo et des dirigeants reconnus.

SOG judo : 50 ans pour un club de légende   SOG judo : 50 ans pour un club de légende

 

 

Cela fait 50 ans que ce club emblématique de Givors nous impressionne par ses résultats et ses exploits, mais aussi par ses acteurs, ses valeurs et son esprit exemplaires.

Les championnes et champions issus du SOG judo sont l’exemple éclatant de cette réussite et le symbole de Givors, véritable pépinière de champions et sacrée 2ème ville la plus sportive de France en 2013 par le journal L’Équipe :

Djamel Bouras, champion olympique,

Magali Baton, championne d’Europe en équipe,

Anis Lounifi, champion du monde,

Jordan Amoro, champion de France,

Yannis Djeroro, vice-champion olympique universitaire,

Valentin Jourdan, champion d’Europe universitaire,

Mathias Struffi, champion du monde de Sambo,

•et tant de jeunes aujourd’hui, femmes et hommes, qui incarnent la relève du club.

Cette renommée nationale et internationale du SOG judo est d’autant plus remarquable que l’argent coule à flot dans le sport professionnel et le sport d’élite, mais que, pour les clubs amateurs et les disciplines moins médiatiques, la réalité financière est beaucoup plus rude et difficile.

SOG judo : 50 ans pour un club de légendeCette réalité génère des inégalités de traitement et de reconnaissance de plus en plus insupportables et inacceptables, dont sont victimes les clubs formateurs, qui sont obligés de déployer des trésors d’ingéniosité et une énergie folle pour financer les déplacements, assurer le bon déroulement des entraînements, aider les jeunes à s’accrocher, pour faire face au quotidien d’un club sans gros moyens.

Et comme les clubs amateurs ne disposent pas de moyens suffisants, c’est la ville, le maire, les élus locaux qui sont le plus souvent appelés à suppléer aux difficultés financières, ce qui est de plus en plus impossible dans le contexte actuel d’asphyxie budgétaire des collectivités locales.

On doit s’interroger sur ces dérives du sport spectacle et d’une société où l’argent fait la loi.

C’est pourquoi, dans un tel contexte, le véritable exploit du SOG judo c’est votre implication désintéressée et votre dévouement collectif exemplaire.

Les très nombreux trophées et champions issus du club témoignent que l’on peut être un club local, avec un esprit de bien vivre ensemble, un esprit familial emprunt de simplicité et de convivialité, tout en aspirant au meilleur et surtout à l’élite.

Cela témoigne également de la très grande qualité de la formation au judo et dans les autres disciplines des arts martiaux, avec plus de 350 ceintures noires formées en 50 ans.

Cela n’aurait évidemment pas été possible sans le concours, le dévouement, les compétences et le talent de toutes celles et tous ceux qui font vivre le club depuis un demi-siècle :

– sans l’engagement acharné et désintéressé des dirigeants jusqu’à faire évoluer le SOG judo dans la « cour des grands »,

– sans une implication de tous les instants des encadrants, éducateurs et entraîneurs pour former les jeunes et soutenir les champions,

– sans la volonté sans faille de se dépasser individuellement en cultivant l’esprit d’équipe de tous les sportifs et sportives du club, que ce soit à chaque entraînement comme dans les compétitions les plus difficiles,

– sans le dévouement quotidien des bénévoles et des parents, dont la passion constitue l’âme de ce club,

– mais aussi sans l’aide et le soutien permanents de la ville, de ses élus qui votent les budgets et comme l’adjoint au sport, qui passe tous ses week-ends au bord des terrains de sport, et sans l’implication des services et de ses équipements.

Car pour arriver à ce rang, il faut aussi une ville dynamique qui encourage la pratique sportive pour tous, développe des équipements de grande qualité et aide autant que possible les clubs de tous les niveaux.

Avec 11% du budget communal consacré aux sports, notre ville est pleinement mobilisée pour les clubs et les sportifs de Givors et continue d’accompagner le SOG judo de sa création, à la plaine Robinson, à aujourd’hui, au Palais des sports, avec :

– la mise à disposition de salles d’entraînement et d’équipements à l’exemple du Dojo qui est l’un des plus importants du département,

– une subvention annuelle importante (20 000€),

– et un accompagnement de tous les instants pour que les jeunes judokas bénéficient des meilleures conditions pour pratiquer leur sport et leur passion.

Et cela se fait dans un contexte national de plus en plus difficile pour les collectivités locales confrontées, à une baisse sans précédent des dotations d’État et à une réforme territoriale qui va supprimer la clause de compétence générale, avec des conséquences dramatiques en cascade pour les clubs amateurs.

Merci donc à toutes celles et tous ceux qui font vivre les clubs et contribuent à donner une si belle image de notre ville et une si belle image du sport en général.

Bon anniversaire, félicitations au SOG judo et vivement les 100 ans du club !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page