Centre hospitalier de Givors : Mes vœux de lutte et de mobilisation

Centre hospitalier de Givors : Mes vœux de lutte et de mobilisation

Comme président du conseil de surveillance du centre hospitalier de Givors, j’ai eu le plaisir, comme chaque année, avec le directeur de l’hôpital, de souhaiter une belle et heureuse année 2015 à l’ensemble du personnel, et nos meilleurs vœux de santé, de réussite et de bonheur.

Au lendemain de la mobilisation de la mairie de Givors pour protester contre la baisse des dotations de l’État, j’ai tenu à rappeler l’importance et l’urgence d’une mobilisation de tous les acteurs locaux, et notamment de la santé, afin de défendre le service public rendu à nos concitoyens.

Pour la ville de Givors, la baisse sans précédent des dotations d’État aux collectivités locales se traduit par une perte sèche de 800 000 € pour le budget communal 2015, et d’ici 2017 la perte cumulée représentera près de 5 millions d’euros !

Dans le secteur de la santé, les personnels hospitaliers étaient mobilisés, il y a encore quelques semaines, pour dénoncer la situation faite notamment aux urgences, le manque de personnel, les salaires insuffisants et le nombre d’heures ahurissant réalisé chaque mois dans ces services.

A l’évidence, il devient plus qu’urgent que tous les acteurs du service public restent vigilants et mobilisés et continuent d’engager les luttes nécessaires afin de maintenir et développer un service public de proximité et de qualité qui réponde efficacement aux besoins des territoires et des populations.

Retrouvez ci-dessous mon intervention :

Centre hospitalier de Givors : Mes vœux de lutte et de mobilisationEn ce début d’année, je voudrais d’abord souhaiter, au nom du conseil de surveillance et en mon nom personnel, une belle et heureuse année 2015 à l’ensemble du personnel, et nos meilleurs vœux de santé, de réussite et de bonheur.

En cette nouvelle année, je voudrais aussi qu’on prenne collectivement le temps de prendre un peu de recul, de réfléchir ensemble et de mettre en perspective le magnifique de travail que vous accomplissez chaque jour au service du territoire et de ses habitants.

Car notre pays vient de vivre des événements extrêmement graves, mais aussi une mobilisation sans précédent pour défendre les valeurs fondatrices de notre république.

La société dans laquelle nous vivons est profondément abîmée, la crise économique et sociale n’en finit pas, les inégalités s’aggravent, les liens sociaux deviennent plus violents, des discriminations de toutes sortes s’approfondissent.

Vous le vivez au quotidien, le service public de santé est confronté en permanence non seulement au défi de la maladie et des moyens pour y faire face, mais aussi de plus en plus au défi
•des relations humaines et des comportements individuels qui se dégradent et qui compliquent votre travail,
•des difficultés sociales qui percutent les patients et leurs familles, et qui pèsent sur les budgets et les services,
•des valeurs collectives malmenées par des situations et des réalités de plus en plus complexes et brutales, qui mettent en cause les motivations personnelles et les finalités du service public.

Centre hospitalier de Givors : Mes vœux de lutte et de mobilisationSans forcément partager le vocabulaire utilisé, le premier ministre vient d’affirmer la volonté des pouvoirs publics de s’attaquer à « l’apartheid social, territorial, ethnique » que sont les mille et une fêlures quotidiennes du vivre ensemble, transformées au fil des années en véritables fractures et pouvant générer les pires tragédies.

Il faut bien dire que les élus locaux et les personnels des services publics n’ont pas attendus les graves événements de ces derniers jours pour se rendre compte à quel point notre société s’est abîmée de façon alarmante.

Les élus locaux et les personnels des services publics n’ont pas attendus les graves événements de ces derniers jours pour alerter, ce qu’il font depuis des années, sur les conséquences catastrophiques générées par la réduction de la dépense publique pour les collectivités locales, les services publics et l’ensemble des acteurs de la politique publique.

Il y a encore quelques semaines, les personnels hospitaliers étaient mobilisés pour dénoncer la situation faite notamment aux urgences, le manque de personnel, les salaires insuffisants et le nombre d’heure ahurissant réalisé chaque mois dans ces services.

Centre hospitalier de Givors : Mes vœux de lutte et de mobilisationHier encore, la maire de Givors étaient en lutte, comme de nombreuses autres communes de notre pays, pour dénoncer la baisse sans précédent des dotations d’Etat qui fait perdre à la ville de Givors 800 000€ en 2015, et près de 5 M€ d’ici 2017.

Car malheureusement, et en contraste avec les déclarations officielles, il y a de quoi être inquiet et mobilisé.

Après des années de gel et de réduction, les coupes sombres en matière de dépenses publiques pour l’année 2015 s’élèvent en effet à 21 milliards €, et affectent lourdement aussi bien les dépenses de l’Etat, les dotations aux collectivités locales, le budget de la sécurité sociale et celui des hôpitaux.

Comment dans ces conditions faire face aux demandes des populations ? Comment dans ces conditions résorber les fractures qui minent notre République ? Comment dans ces conditions redonner l’élan indispensable aux forces vives de notre pays ?

En cette période difficile où le manque de moyens dans tous les domaines se conjugue dangereusement à un vivre ensemble miné par l’intolérance, l’exclusion, le rejet de l’autre, j’aimerais rappeler que l’hôpital public, qui a la même racine grammaticale que « hospitalité », dont l’histoire est marquée par des apports de civilisations de toutes les couleurs et qui fait vivre au quotidien des valeurs collectives et humanistes profondes, a toujours aidé, pris en charge et soigné les êtres humains, quelle que soit leur situation et leur différence.

Par son universalité, par l’importance de ses missions, par la nature de ses valeurs et par le niveau de compétence de tous ses acteurs, l’hôpital public est
•    un pilier essentiel de notre république,
•    et un acteur fondamental du réseau de service public de notre pays, qui concerne l’ensemble des citoyens.

Centre hospitalier de Givors : Mes vœux de lutte et de mobilisationMais l’hôpital, comme toute organisation, n’a de raison d’être que par les hommes et les femmes qui l’animent et le font vivre.

Les malades savent qu’ils peuvent compter sur un personnel dévoué, qui constitue une formidable chaîne humaine dont chacun des maillons est essentiel.

C’est pour toutes ces raisons que nous nous sommes collectivement battus pour que demeure, se modernise et se développe à Givors, l’hôpital de Montgelas.

Un combat de haute lutte que nous avons mené et gagné et je dois dire que, pour une fois, la victoire est particulièrement douce et sincère.

L’année 2014 s’est achevée avec 1035 naissances à la maternité, un record historique qui s’inscrit dans une dynamique plus globale du centre hospitalier de Givors qui connaît, depuis plusieurs années, une augmentation continue de l’activité et de la fréquentation des différents services de l’hôpital,

Je rappellerai
•que le nouveau bâtiment de médecine propose 95 % de chambres individuelles aux patients,
•qu’un nouveau centre de d’orthogénie a été ouvert,
•que s’est implanté un centre international de recherche clinique, CreaBio,
•et qu’un nouveau pôle gériatrique de 200 lits qui sera livré d’ici la fin de l’année, fera figure de pôle de référence dans le département et la métropole.

Ainsi en quelques années, vous avez et nous avons démontré notre capacité à relever les défis les plus difficiles, et notre Centre Hospitalier a ainsi pu faire face aux évolutions et contraintes qui lui ont été imposées.

Ainsi en l’espace de quelques années, la physionomie d’ensemble de notre hôpital s’est complètement transformée et considérablement améliorée.

Cette vitalité est d’autant plus remarquable qu’elle s’inscrit dans la situation difficile que j’évoquais plus haut.

Je voudrais une nouvelle fois remercier pour tout le travail accompli
•    l’ARS et l’Etat pour leurs importants financements,
•    les directeurs qui se sont succédés, et le directeur actuel,
•    le président de la commission médicale et toute l’équipe médicale,
•    les membres du conseil de surveillance,
•    l’ensemble du personnel et des équipes qui font vivre au quotidien ce magnifique équipement au service des usagers et des populations,
•    avec une mention spéciale, mais je suis sûr que vous ne m’en voudrez pas, à toute l’équipe de la maternité qui accompli un travail remarquable,
•    et tous les partenaires du centre hospitalier de Givors.

Souhaiter les vœux de bonne année, c’est bien sûr aussi parler des perspectives et des défis qui nous attendent.

IMG_4304.jpg

Des projets importants de développement sont programmés pour conforter et amplifier la dynamique engagée, je pense notamment
•    au futur pôle gériatrique,
•    au projet de réintroduction de la chirurgie ambulatoire,
•    à l’élargissement de l’offre de service spécialisé pour permettre à notre établissement hospitalier de proximité d’assurer encore mieux ses missions de prise en charge, dans le cadre du partenariat avec les HCL.

Je voudrais conclure sur la proposition de l’ARS concernant le rapprochement de Montgelas avec l’hôpital de Vienne et celui de Beaurepaire.

Vous avez été toutes et tous individuellement destinataire d’un courrier que je vous ai adressés à ce sujet.

Une réflexion est actuellement en cours à l’initiative de l’ARS pour la mise en place d’une direction commune sur ces 3 établissements.

Dans son argumentaire, l’Agence Régionale de Santé explique que cette procédure permettrait une optimisation de la ressource de gestion et une consolidation de l’offre publique de soins du sud de l’agglomération lyonnaise.

Je ne vous cacherai pas que plusieurs membres du conseil de surveillance ont fait part de leur scepticisme, et que nous avons malgré tout décidé d’étudier cette proposition, en réaffirmant que toute réflexion devrait se construire à partir de l’intérêt de notre établissement, de ses personnels, mais aussi du territoire givordin et des populations du sud du département,
Suivant la lecture que chacune et chacun peut en faire, ce projet peut être perçu soit comme une opportunité pour l’avenir de notre établissement, soit comme une menace.

Comme j’ai pu le dire lors du conseil de surveillance, je serais particulièrement vigilant

•pour que les décisions soient prises conformément à la place, au rôle et à l’identité de notre établissement,
•pour ne pas remettre en cause notre étroite collaboration avec les HCL,

•pour ne pas enrayer la remarquable dynamique engagée ces dernières années et les projets en cours ou programmés pour développer, moderniser et pérenniser le Centre Hospitalier de Givors.

Je conclurai en formulant le vœu que cette dynamique se poursuive en 2015 afin de confirmer la place de notre hôpital comme service public de santé de proximité et de référence dans le sud du département au service de ses habitants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page