Abolition de l’esclavage : un combat permanent pour la mémoire et contre la xénophobie

Abolition de l'esclavageDepuis 2006, nous commémorons, le 10 mai, la journée nationale des mémoires de la traite de l’esclavage et leur abolition. Une journée importante pour se souvenir et pour commémorer une réalité trop souvent passée sous silence.

C’est en 1794 que fut proclamée, par la Convention nationale, l’abolition de l’esclavage, 4 ans après l’adoption par l’Assemblée de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Mais l’abolition, appliquée dans toutes les colonies françaises, fut révoquée en 1802 par Napoléon.

Il fallut attendre le 27 avril 1848 pour que le gouvernement provisoire de la République abolisse par décret l’esclavage sous l’impulsion de Victor Schœlcher.

« Le colonialisme, disait Aimé Césaire, porte en lui la terreur, il porte aussi en lui, […] le mépris de l’homme, la haine de l’homme, bref, il porte en lui le racisme. Que l’on s’y prenne comme on voudra, on arrive toujours à la même conclusion : il n’y a pas de colonialisme sans racisme ».

Ce combat perpétuel contre l’ignorance et l’obscurantisme doit être mené avec force alors qu’aujourd’hui les extrémismes de tout bord ressurgissent, se nourrissant des injustices et des pires idéologies qui ont plongé notre planète au bord du chaos.

Vivre ensemble, solidarité, égalité et fraternité sont les seules réponses à apporter face à la xénophobie et à un contexte où, malheureusement, l’urgence sociale ne fait que s’amplifier.

A notre échelle, dans nos nombreuses initiatives, nous faisons l’histoire et nous transmettons aux plus jeunes l’esprit de résistance et de combat contre les injustices qui frappent encore notre monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page