Défense des hôpitaux de proximité au Sénat

IMG_4599Suite à la visite du sénateur de Paris, Pierre Laurent, au centre hospitalier de Givors, mercredi 18 mars, j’ai sollicité le sénateur afin de porter une question écrite au gouvernement sur la question primordiale de la vitalité des hôpitaux de proximité, après ma lettre au Président de la République (que vous pouvez retrouver ici).

Comme il s’y était engagé, le sénateur a écrit à Madame la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes, Marisol Touraine, pour alerter le gouvernement sur la nécessité de soutenir les structures hospitalières publiques de proximité engagées, comme celle de Givors, dans une démarche vertueuse de modernisation et de développement de leur offre de santé au service des patients du territoire.

Retrouvez ci-dessous la question écrite de Pierre Laurent :

http://www.senat.pierrelaurent.org/Situation-des-hopitaux-de.html

Situation des hôpitaux de proximité
Question écrite n° 15786

Par Pierre Laurent, Sénateur Communiste de Paris / 8 avril 2015

M. Pierre Laurent attire l’attention de Mme la ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes sur la situation extrêmement fragile des hôpitaux de proximité et sur le risque de voir se dégrader la qualité des soins apportés aux patients.

Depuis plusieurs années, d’importantes contraintes pèsent lourdement sur le fonctionnement et la vitalité des hôpitaux de proximité, notamment une dette, des problématiques de trésorerie et des emprunts dits toxiques qui pénalisent de façon alarmante leur capacité de financement, comme l’indique le rapport de la Cour des comptes, publié en avril 2014 ; des problèmes d’attractivité en matière de recrutement médical, qui freinent le développement de l’activité et dégradent la qualité des soins, notamment dans les disciplines fortement déficitaires en matière d’offres de spécialistes.

Cela oblige les directions à des équilibres financiers périlleux entre une réglementation trop souvent éloignée des réalités et la nécessité d’assurer la continuité des soins et la sécurité des patients.

À titre d’exemple, le centre hospitalier de Givors, menacé de fermeture en 1995 puis en 2006, est aujourd’hui en plein développement grâce à des décisions novatrices mises en œuvre autour d’un nouveau projet médical d’établissement, d’un investissement total de 49 millions d’euros, soutenu financièrement par l’Agence régionale de santé.

Malgré cette dynamique de modernisation enclenchée et une hausse importante de toute l’activité de l’établissement, le centre hospitalier est confronté, comme la majeure partie des centres hospitaliers de proximité, à de tels problèmes de trésorerie et d’attractivité. Il doit par ailleurs faire face à la baisse de 1 %, décidée par le Gouvernement, des tarifs administrés des actes que les hôpitaux facturent à la sécurité sociale. Cela a pour effet de baisser automatiquement les recettes perçues à activité constante.

Alors que les hôpitaux publics ont besoin de soutien, le projet de loi relatif à la santé (AN n° 2302 (XIVe leg) actuellement en débat au Parlement préconise trois milliards d’euros d’économies pour les hôpitaux publics, ce qui fragiliserait un peu plus le réseau de santé de proximité.

Au vu de l’ensemble de ces éléments, il lui demande quelles mesures compte prendre le Gouvernement en vue de soutenir les structures hospitalières publiques de proximité engagées, comme celle de Givors, dans une démarche vertueuse de modernisation et de développement de leur offre de santé au service des patients du territoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page