Givors célèbre le 97ème anniversaire de l’Armistice du 11 novembre 1918

Cérémonie du 11 novembre - 2015 (5)Comme chaque année, j’ai été heureux de présider la cérémonie d’anniversaire de l’Armistice du 11 novembre 1918, au square du 11 novembre (gare de Givors Canal), en présence de nombreux givordins et givordines venus participer à ce devoir de mémoire national.

J’ai tenu à remercier de leur présence les élus, les associations d’anciens combattants, les sapeurs pompiers et les JSP, les forces de l’ordre et leur comandant de Police, la Philarmonie de Givors ainsi que le musée de la résistance et de la déportation.

Déclenchée à la suite de l’assassinat de Jean Jaurès, la guerre de 1914-1918 fut le premier conflit mondial de l’histoire humaine.

Ce conflit fût le plus meurtrier que l’humanité eut connu,
– 72 pays impliqués,
– 60 millions de mobilisés, dont 8 millions de Français,
– Des atrocités liées à l’utilisation d’armes nouvelles,
– Un effroyable cortège de 10 millions de morts, dont 1millions 400 milles Français,
– 20 millions de blessés,

Cérémonie du 11 novembre - 2015 (11)Certains s’appelaient Marius, André, François, Steve, Brian, Boubakar, Diallo, mais aussi Mohamed et Bachir, comme les anciens grands-parents d’Ali Semari, conseiller municipal de Givors, venu témoigner de l’engagement de ses ancêtres lors de cette atroce guerre, qui ne fut malheureusement pas « la Der des der ».

• Ils étaient tous jeunes,
• Ils étaient tous fils, frères, pères, oncles,
Et chacun devint artilleur, fantassin, brancardier, soldat du feu.

Nos premières pensées vont vers eux et vers tous ceux qui sont tombés au champ d’honneur.

  • Des pensées qui vont également vers les 4 millions 300 milles blessés, gazés, mutilés, estropiés, toutes ces «gueules cassées », qui ont porté tout au long de leur vie, les marques et les atrocités de la guerre.
  • Des pensées pour les contingents américains, britanniques, ainsi que pour l’ensemble des soldats venus des 5 continents et notamment aux 430 000 soldats venus de toutes les colonies, de l’Afrique à l’Asie du sud-est.
  • Des pensées pour ces milliers de soldats qui sont allés jusqu’à l’extrême limite de leur force, et qui face à des ordres inhumains, ont été fusillés pour l’exemple.
  • Et enfin des pensées pour les veuves et plus généralement pour toutes les femmes, car la guerre s’est aussi gagnée en dehors des champs de bataille.

Ces femmes qui investirent les usines pour produire les armes, et qui rejoignirent massivement les champs pour nourrir la France.
Malheureusement et comme trop souvent quand il s’agit des femmes aucune reconnaissance collective ne leur fut accordée au lendemain de la victoire. Pas même le droit de vote.

Quand l’armistice fut signé à Rethondes en 1918, la France était un pays dévasté et sa population endeuillée et meurtrie par la douleur.

Beaucoup nourrirent une haine de la guerre et de l’injustice en proclamant « plus jamais ça !»
Ainsi les survivants voulurent construire une paix durable, en créant la Société des Nations afin d’éviter de nouvelles guerres.

Dans toute l’Europe également, les injustices et les humiliations nourrirent également des mouvements progressistes pour exiger la paix, du pain et la liberté.

Hélas, 20 ans plus tard, la folie meurtrière s’emparait à nouveau du monde qui, une nouvelle fois fut le théâtre d’un conflit sanglant encore plus abominable et encore plus destructeur.

En ce jour de mémoire qu’est le 11 novembre, il est nécessaire

• de célébrer leur sacrifice pour transmettre des leçons de vie pour les générations suivantes.
• nécessaire de célébrer leur sacrifice pour mieux appréhender ce qui nous relie au sein du monde et de notre nation.
• et enfin nécessaire de célébrer leur sacrifice pour promouvoir le vivre ensemble et la solidarité, en écartant personne ni pour ses croyances, ni pour ses origines, ni pour sa couleur de peau.

Voilà pourquoi rappeler les horreurs de l’histoire ne peut et ne doit servir qu’à mieux construire le présent afin de préparer un avenir qui permettra à nos enfants et petits-enfants de vivre dans un monde où priment la justice, la tolérance, l’égalité et la démocratie.

Et voilà pourquoi il est impératif de promouvoir une mémoire plurielle, une mémoire lucide, et une mémoire partagée de ce que fut la guerre de 14-18, et toutes les atrocités dont elle fut porteuse.

Cérémonie du 11 novembre - 2015 (15)Rendre hommage aux victimes et à celles et ceux qui se sont battus pour la France, c’est aussi inscrire leur sacrifice dans le présent pour construire un monde fait de paix et de liberté.

  • Parce que le souvenir de la Grande Guerre est douloureusement présent dans chaque famille.
  • Parce que chaque commune de France possède un monument à la mémoire des morts de 14,
  • Parce qu’il n’y a pas une seule commune en France où il n’y a pas eu au moins une victime de la Première Guerre Mondiale.

Nous avons le devoir de rappeler l’abominable réalité de ce conflit et le devoir de commémorer chaque 11 novembre.

Pourtant :

• 101 ans après, qu’a-t-on retenu de cette terrible tragédie ?
• 101 ans après, qu’a-t-on appris des guerres qui ont embrasé le siècle dernier et décimé des dizaines de millions d’êtres humains ?
• 101 ans après, qu’a-t-on retenu des messages légués par celles et ceux qui ont vécu ces heures noires ?

Notre monde actuel est douloureusement marqué par la folle montée des guerres qui frappent plusieurs pays et martyrisent leurs peuples.

Notre époque est aussi l’époque sombre de la montée des extrémismes et des fanatismes de toutes sortes, et par la résurgence des égoïsmes, du racisme et de l’antisémitisme.

Cérémonie du 11 novembre - 2015 (16)Autant de dérives qui percutent notre République en profondeur en nourrissant le rejet de l’autre, la division et la haine, tout ce qui a favorisé des déflagrations mondiales de 14/18 et 39/45.

  • Comment ne pas être inquiet quand, de par le monde, des êtres humains sont agressés parce qu’ils sont juifs, musulmans ou catholiques ?
  • Comment ne pas être inquiet quand nos valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de solidarité, se diluent au point de remettre en cause notre pacte républicain ?

Voilà pourquoi nous nous réunissons chaque 11 novembre.

Nous nous réunissons dans notre diversité, pour démontrer que nous sommes plus que jamais mobilisés pour aider au souvenir mais aussi pour bâtir un futur fait de justice et de générosité, afin que nos enfants et petits enfants puissent tout simplement vivre en paix, en étant toutes et tous des enfants du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page