Hommage et devoir de mémoire pour le 71ème anniversaire de la Libération de Givors

Liberation Givors-Remise legion d'honneur JF Dupont 5 sept 2015 (2)Les épisodes de fortes chaleurs et la canicule ainsi que les différents évènements et problèmes de cet été m’ont obligé à repousser mes congés et malheureusement empêché d’être présent, comme je le fais chaque année, samedi 5 septembre, à la cérémonie du 71ème anniversaire de la Libération de Givors et à la remise de la légion d’honneur au Givordin Jean-Félix Dupont.

J‘ai demandé à Christiane Charnay, 1ère adjointe, de bien vouloir m’excuser et me représenter pour officier la cérémonie de la Libération de Givors et féliciter Jean-Félix Dupont, élevé au grade de chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur. Une distinction qui honore l’engagement de toute une vie et qui fait la fierté de notre ville, de ses élus et de ses habitants.

Retrouvez ci-dessous un extrait de son intervention pour la cérémonie du 71ème anniversaire de la Libération de Givors :

Liberation Givors-Remise legion d'honneur JF Dupont 5 sept 2015 (14)« Participer à cette journée de commémoration de la libération de Givors, c’est d’abord rendre hommage à toutes celles et tous ceux qui, au péril de leur vie, ont libéré notre ville et ses habitants de l’occupation nazie.
Et c’est également penser à toutes celles et tous ceux qui ont résisté à l’inacceptable et se sont sacrifiés pour la libération de la France.
C’est d’ailleurs la raison qui a présidé à la création de l’esplanade de la Résistance et de la Déportation, afin de rassembler toutes les mémoires de la seconde Guerre mondiale.
De rassembler les mémoires non pas pour les uniformiser et les momifier, mais au contraire pour leur donner encore plus de sens et aider à la transmission de leur mémoire et de leur exemple.
Chaque année, depuis 71 ans, la commémoration de la libération de Givors est une journée particulièrement dense et particulièrement importante.
Une journée dense, car nous effectuons différents pèlerinages sur les lieux des maquis givordins et nous nous recueillons devant les stèles et cryptes qui jalonnent notre ville.
Et une journée particulièrement importante, car le devoir de mémoire permet de mieux appréhender notre histoire afin de mieux comprendre le présent, et ainsi mieux préparer notre avenir.
Cette année, nous avons ainsi le plaisir d’inaugurer une magnifique exposition du Musée de la Résistance et de la Déportation de Givors consacrée à la 2ème Division Blindée et au Maréchal Leclerc.
Je voudrais saluer le travail remarquable réalisé par Paul Vallon, qui va recevoir très bientôt la Légion d’honneur, la présidente du Musée, Marie-Jo Ablondi.
Et nous rendons hommage à Jean-Félix Dupont, nouvellement décoré de l’ordre national de la Légion d’honneur, que je félicite également.
Passé, Présent, Avenir, toute l’histoire de Givors est faite de cette fraternité et de cet humanisme respectueux des autres, qui sont des valeurs fondamentales pour le bien vivre ensemble et pour affronter les défis de notre époque. »
[…] Mesdames, messieurs, Chers amis,
Il y a 71 ans, la population givordine était en liesse devant l’espoir, la joie et la liberté retrouvée.
Il y a 71 ans, l’Hôtel de ville, siège du comité de Libération, fut le lieu de cet enthousiasme populaire qui marquait enfin la victoire sur la folie d’Hitler et sur ceux qui honteusement collaborèrent.
Aujourd’hui, nous rendons une nouvelle fois hommage à celles et ceux qui ont souffert et sont morts pour que l’on puisse vivre libre aujourd’hui.
Dans un monde en manque de repères, il est de notre devoir et de notre responsabilité commune d’honorer et transmettre cette mémoire.
De notre devoir et de notre responsabilité, car la démocratie reste un acquis fragile qui peut, en l’absence de vigilance, déraper vers la dictature ou le totalitarisme.
A l’heure où des conflits armés ravagent tant de pays,
A l’heure où les fanatismes et les intégrismes meurtrissent tant de peuples,
A l’heure où dans notre pays des rues de résistants sont débaptisées et où certains tentent de réécrire l’histoire pour réhabiliter Pétain, il nous faut rappeler à notre jeunesse que la liberté est aussi facile à perdre que difficile à retrouver.
Inlassablement, il nous faut rappeler qu’un peuple qui aspire à la paix et au bonheur, doit maintenir vivant en lui l’esprit des valeurs de justice, de tolérance, d’égalité et de démocratie.
Des valeurs qui étaient celles du Conseil National de la Résistance, et que nous devons transmettre pour réfléchir sur ce que signifie « résister » aujourd’hui, à l’exemple de l’exposition du Musée de la Résistance et du travail que mènent quotidiennement les anciens combattants, résistants et déportés.
Je souhaite adresser à tous ceux et celles qui font vivre le devoir de mémoire un immense remerciement car, par leur engagement quotidien, ils agissent afin que notre planète, nos enfants et nos petits-enfants puissent vivre dans un monde de justice, de paix et de liberté. »

Ci-dessous, son Intervention pour Jean Félix Dupont, élevé au grade de chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur :

Liberation Givors-Remise legion d'honneur JF Dupont 5 sept 2015 (7)« Je suis particulièrement honorée,
• au nom du conseil municipal de Givors
• et en mon nom personnel,
de participer à cet hommage rendu à Jean-Félix Dupont, une figure de notre ville de Givors.
En ce jour particulier pour vous Jean-Félix et pour nous tous, réunis en ce samedi 5 septembre 2015, dans le cadre du 71ème anniversaire de la Libération de Givors, la municipalité a souhaité vous rendre les honneurs qui vous sont dus, à la suite de votre distinction comme Officier de la Légion d’honneur.
Vous entrerez en effet dans une nouvelle famille, celle des citoyennes et des citoyens décorés de la plus haute distinction républicaine, aussi discrète que chargée de signification.
Avant de passer la parole à Roland Segear, qui ne manquera pas de saluer tout particulièrement votre engagement de soldat au service de la libération de la France, mais aussi de mettre en valeur l’ensemble de votre vie, je tiens à souligner plus particulièrement certaines dimensions de votre parcours au service de Givors et de ses habitants.
Vous êtes né le 22 juillet 1921 dans un petit village de l’Oise, au sein d’une famille de commerçants très modestes, et vous tenez le rôle du grand frère pour épauler vos parents dans l’éducation de vos 7 frères et soeurs.
Vous avez dû travailler très jeune après votre certificat d’études, avec un apprentissage professionnel dans les conditions très difficiles de l’époque, la dureté du travail, la pauvreté et l’occupation allemande.
En 1941 vous êtes arrêté par les Allemands avec d’autres jeunes et, pour échapper au risque d’une exécution, vous décidez de vous engager dans l’armée française et vous demandez à être incorporé en Afrique.
Toute votre jeunesse sera profondément marquée par ces 44 mois d’armée et la seconde guerre mondiale,
• votre compagnie de transmission au Maroc,
• votre intégration en 1943 dans la 2ème Division Blindée du Général Leclerc,
• et la troisième armée du Général Patton en 1944, Glasgow puis le débarquement en Normandie.
Après ces hauts faits d’armes pour la libération de la France et la victoire contre la barbarie nazie, l’histoire givordine de Jean-Félix Dupont va curieusement débuter à Paris.
En 1947, vous êtes employé par la société Berthiez qui partage ses bureaux avec Five-Lille, et vous êtes invité à prendre un poste chez Berthiez à Givors.
Deux noms d’entreprise où des générations de Givordins ont travaillé, et qui ont connu de fortes mobilisations lors de la désindustrialisation commencée à la fin des années 50.
Jean Félix ne connaît personne à Givors. Parallèlement à ses fonctions professionnelles de chef de service chez Berthiez, il s’intègre dans la commune à travers le club de basket.
Joueur, entraîneur, manager, il devient président de ce club alors très dynamique. Lieu du terrain du SOCG, la place Pasteur lui est familière, apprend à jouer au basket au jeune Martial et lui transmet sa passion pour ce sport.
Jean-Félix participe à l’association des Amis de la place Pasteur, l’une des associations emblématique de notre ville.
En janvier 1982 comme tant d’autres à Berthiez, Jean-Félix est licencié, malgré les longues luttes ouvrières et municipales qui ont marqué notre ville pour défendre l’emploi.
Il crée l’association « Amicale des anciens de Berthiez » et organise des voyages pour les adhérents. « Je leur ai fait voir le monde entier » avoue Jean-Félix, heureux de son engagement associatif auprès de ses anciens collègues.
Avec environ ses 70 membres, l’Amicale des anciens de Berthiez est encore très active.
A l’Union des Mutilés et Anciens Combattants (UMAC), il est adhérent, puis secrétaire et président local, proposant des animations aux adhérents.
Et parce que la guerre et ses engagements ont marqué à jamais sa jeunesse, Jean Félix Dupont est également le président de la section Rhône-Alpes de la Maison de la 2ème Division Blindée Leclerc.
Avec une citation et une Croix de guerre, votre passé militaire de caporal Dupont avait été reconnu.
En étant élevant Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur par décret du 23 avril 2015 du président de la République, vos engagements pour la libération de la France ont été honorés.
Par cette distinction de l’un de ses fils, notre ville de Givors est particulièrement fière et la municipalité tient à vous remercier pour tout ce que vous avez fait et apporté, en tant que citoyen, par vos combats et vos engagements, à notre pays et à notre ville.
Vous l’avez fait en gardant toujours vos qualités personnelles reconnues et appréciées, votre discrétion, votre simplicité et votre courage. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page