Journée mondiale sans voiture : agir pour nos transports en commun

journee-mondiale-sans-voitureAujourd’hui est la journée mondiale sans voiture.

● L’occasion de favoriser la prise de conscience collective sur la nécessité d’agir contre les nuisances générées par la croissance du trafic motorisé en milieu urbain.

● L’occasion également pour les piétons, cyclistes et usagers des transports en commun de se réapproprier l’espace urbain.

journee-mondiale-sans-voiture2Cette journée mondiale est notamment marquée, cette année, par une étude publiée il y a quelques semaines seulement par l’organisme Santé publique France, indiquant que la pollution atmosphérique était responsable de 48 000 décès par an dans notre pays, devenant la 3ème cause de mortalité.

Comme vice-président du Sytral et de la Métropole de Lyon en charge des déplacements, de l’intermodalité et des nouvelles mobilités urbaines, je suis particulièrement attaché au développement d’une mobilité durable et accessible, respectueuse des populations et des territoires.

L’amélioration du cadre de vie, la lutte contre la pollution atmosphérique et sonore, le partage de l’espace public sont ainsi autant de défis que la Métropole de Lyon et le Sytral relèvent quotidiennement à travers de nombreuses actions et une offre de transport moderne, accessible et compétitive.

Mais à l’évidence, il faut aller beaucoup plus loin et porter une ambition nationale forte avec d’importants moyens pour le développement des transports en commun, comme alternative au tout routier et à la congestion automobile.

Il n’est pas acceptable aujourd’hui de constater que :

le budget transport des ménages est de plus en plus lourd (27 % des dépenses),
que les tarifs des péages ont augmenté de 21,7 % depuis 2007,

et que, dans le même temps, tous les moyens alloués au transport public de notre pays sont en baisse :

– les collectivités locales qui subissent une baisse sans précédent des dotations d’Etat,
– les autorités organisatrices des transports qui subissent une baisse du versement transport des entreprises et une hausse de la TVA,
– l’offre de transport ferroviaire (trains intercité, trains de nuit) qui a été drastiquement diminuée, alors que les besoins de transport en commun n’ont jamais été aussi importants.

Si l’on souhaite
– favoriser la diminution du trafic automobile et de la pollution,
– contribuer à améliorer le cadre de vie,
– et répondre aux enjeux de développement économique et environnementaux,
il est impératif que l’État débloque de véritables moyens au service d’une mobilité durable et accessible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page