Les communistes restent à la porte du Panthéon

Panthéonisation2 En ma qualité de vice-président des Maires de France, j’ai le plaisir et l’honneur de faire partie de la délégation des maires qui saluera la mémoire des quatre résistantes et résistants qui entrent aujourd’hui au Panthéon : Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Pierre Brossolette, Germaine Tillion et Jean Zay.

Ils sont quatre facettes d’un courage qui, au départ, a conduit une poignée d’hommes et de femmes à relever la tête et à refuser l’ordre noir.

PanthéonisationDans sa diversité, la résistance à sauvé l’honneur de la France et nous ne pouvons que nous indigner qu’aucun communiste ne soit associé à cette reconnaissance de la nation.

La liste des communistes morts pour la France est malheureusement trop longue et montre à quel point les communistes, par milliers, ont pris une part décisive à la lutte contre l’occupant nazi.

Humanite - La resistance a besoin de toutes ses couleursQue le Président de la République ait décidé de laisser les communistes, qui furent au premier rang des soldats de l’ombre et des martyrs, à la porte du Panthéon, est non seulement indécent mais c’est une faute de l’Histoire.

Il ne s’agit, évidemment, pas de se livrer à une concurrence de héros mais bien de donner un sens complet de ce que fut réellement la diversité de la résistance.

Un enseignement que n’a pas voulu retenir François Hollande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page