Loi Travail : le gouvernement est passé en force contre les citoyens

Code du travail3Après 5 mois de contestation sociale et de mobilisation citoyenne, et un 3ème recours au 49-3, la loi sur le travail a été définitivement adoptée, jeudi 21 juillet 2016.

L’utilisation du 49-3 a permis au gouvernement de faire adopter ce texte sans vote, faute de majorité nécessaire à l’Assemblée nationale.

Quel aveu d’échec et quel déni de démocratie, un an après l’utilisation de ce même procédé pour la loi Macron, et 4 ans après que le candidat Hollande fustigeait ce même procédé « anti-démocratique et anti-parlementaire ».

Ce coup de force démontre, une fois de plus, l’incapacité d’un gouvernement à prendre en compte les aspirations de toute une partie de la population qui s’est mobilisée contre cette loi Travail.

Symbole d’une attaque sans précédent contre le Code du travail, cette loi ouvre les vannes à une déréglementation du temps de travail, en même temps qu’elle casse des protections pour les salariés en privilégiant les accords d’entreprise au détriment de négociations par branches collectives.

Pourtant, d’autres voies sont possibles que celles menées par ce gouvernement afin de sécuriser et créer de l’emploi, à l’exemple de la proposition de loi déposée par les députés du groupe Communiste Républicain et Citoyen (CRC) qui propose notamment de :

– viser les 32 heures et le retour de la retraite à 60 ans, afin de créer de l’emploi,
– instaurer une véritable sécurité mobile d’emploi,
– lutter contre la précarité sous toutes ses formes,
– favoriser un contrôle de l’utilisation de l’argent avec notamment la création d’un pôle financier public,
– créer un véritable statut pour les jeunes,
– redonner aux organismes de représentation des salariés que sont les comités d’entreprise des droits réels pour s’opposer à certaines décisions, pour négocier avec les directions.

Code du travail● Au moment où le chômage reste trop important, avec 5,5 millions de chômeurs, et que nos PME, commerçants, artisans et agriculteurs subissent les conséquences d’une politique austéritaire destructrices d’emplois,

● Au moment où les collectivités locales payent les conséquences d’une baisse historique des dotations d’État,

● Au moment où les profits des grandes entreprises et fortunes se multiplient, avec, en parallèle, une explosion des inégalités et une évasion fiscale ahurissante estimée chaque année entre 80 et 100 milliards € par an en France,

Il est plus qu’urgent de continuer à nous mobiliser, dans nos engagements et responsabilités respectives, pour préserver et développer nos acquis et réorienter les richesses vers l’humain, l’économie réelle et l’intérêt général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page