Ne pas réduire mais développer les trains Intercités

Mardi 14 avril, je me suis rendu à l’Assemblée nationale où j’ai été auditionné comme vice-président de l’Association des Maires de France sur l’avenir des trains d’équilibre du territoire par la commission, présidée par le député Philippe Duron et chargée de remettre des propositions au gouvernement dans quelques semaines.

Trains d'équilibre du TerritoireJ ai tenu à défendre l’idée que tous les territoires doivent pouvoir bénéficier d’un service de transport moderne et performant, qu’il faut encore améliorer par rapport à la situation existante.

J’ai également développé l’idée que les transports ferroviaires sont un vecteur essentiel de la politique de mobilité et qu’il faut arrêter de fermer des lignes, supprimer des emplois de cheminots et ne penser qu’en terme de ratios financiers.

Et enfin j’ai dénoncé les baisses des dotations de l’Etat qui asphyxient les collectivités territoriales et ne leur permettent plus d’assumer leurs missions, notamment pour les régions qui se sont vu confier la gestion des Trains Express Régionaux et qui peinent à réaliser un service public qui réponde aux besoins croissants des populations.

Il est évident que des moyens nouveaux et des financements sont à rechercher pour permettre au service public ferroviaire de se développer : taxation des autoroutes et des entreprises pétrolières, livret d’épargne populaire permettant le financement et l’entretien des infrastructures ferroviaires, ou encore la possibilité de prêts à taux zéro pour les régions et la SNCF…

Mais il faut une véritable ambition politique.

Les trains d’équilibre du territoire (ou trains Intercités), c’est quoi ?

Les trains d’équilibre du territoire (TET), lignes nationales, sont gérées par l’État, autorité organisatrice de transport.

Quelques chiffres clés (en 2012) :

●  300 TET par jour ;
●  100 000 voyageurs par jour ;
●  350 villes desservies, pour 23 régions ;
●  Un coût d’exploitation de 1,1 milliards d’euros ;
●  Des recettes commerciales de 850 millions d’euros ;
●  Une subvention d’équilibre de l’État de 325 millions d’euros.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page