Nouveau Plan de Déplacement Urbain : la concertation se poursuit

Comme vice-président délégué du Sytral, j’ai participé, vendredi 4 mars, à la première conférence-débat de la révision du Plan de Déplacements Urbains (PDU), suite à plusieurs réunions publiques de concertation qui se sont tenues tout au long de ces derniers mois.

1ere conference debat PDU 4 mars 2016 (1)Avec Annie Guillemot, présidente du Sytral, et Michel Lussault, géographe et professeur d’études urbaines à l’université de Lyon, nous avons pu débattre avec les associations et les habitants de la métropole lyonnaise sur les nouvelles mobilités et la place des collectivités, des acteurs privés et des populations dans l’élaboration du nouveau PDU.

Cette soirée riche en réflexions et propositions, en appelle d’autres, et je ne peux qu’inciter le plus grand nombre à venir contribuer à l’élaboration de la nouvelle mobilité de demain, facteur essentielle d’une ville agréable à vivre, au service de l’équité et du bien vivre ensemble.

Contributions possibles jusqu’au 31 mars, rendez-vous sur le site du Sytral :
http://www.sytral.fr/157-plan-deplacements-urbains.htm


 

Plus d’infos :

1ere conference debat PDU 4 mars 2016L’actuel PDU a été élaboré en 1997, puis réactualisé en 2005. Mais les comportements en matière de mobilité ont fortement évolué et le périmètre s’est agrandi, avec 73 communes concernées aujourd’hui, d’où la nécessité d’engager une révision de ce PDU.

Ce PDU porte sur tous les modes de déplacements, à la fois pour les personnes et les marchandises. Sa vocation est de définir les grandes lignes d’une action publique cohérente pour les 15 années à venir autour de 4 enjeux forts que sont :

– La santé publique et la qualité du cadre de vie,
– l’équité et la cohésion sociale,
– un système de mobilité pensé pour l’habitant,
– un système de mobilité au service de la construction d’une agglomération multipolaire, attractive et qui rayonne au-delà de son périmètre

Ayant la responsabilité de piloter cette démarche de projet, dans le cadre du Sytral, j’ai rappelé l’impérieuse nécessité d’une concertation étroite entre les différents acteurs de la mobilité, les habitants, les associations, les salariés afin de construire une ville agréable à vivre, accessible à tous.

Quels moyens à mettre en œuvre pour y parvenir ? Quelles solutions pour un développement harmonieux de tous nos territoires, favorisant le désenclavement et luttant contre la marginalisation ? Comment favoriser le droit à la ville pour tous ?

Autant de questions auxquelles il est indispensable de répondre dans un contexte où il s’agit aussi de s’inscrire dans la lutte mondiale contre le réchauffement climatique.

Alors que la compétition entre territoires s’accentue et que l’austérité aggrave les inégalités sociales, la mobilité doit apporter des réponses afin d’agir comme un levier pour tirer l’ensemble de la population vers le haut, y compris les plus fragiles, en plaçant l’Humain au cœur de la démarche.

L’amélioration et une plus grande desserte en transports collectifs peuvent faciliter au désenclavement des territoires, en intégrant de manière harmonieuse des quartiers jusque-là difficilement accessibles. Il ne s’agit pas de projeter tous nos efforts sur le centre de l’agglomération mais bien de répondre aux besoins d’un développement harmonieux de l’ensemble de nos territoires.

Ce développement de l’accessibilité se mène de front avec le nécessaire développement de l’alternative au tout routier. Mesure de santé publique, mesure environnementale, c’est un objectif fort que les politiques publiques doivent engager. C’est pourquoi j’ai réaffirmé la place importante que tiennent les modes doux, en particulier le vélo et le ferroviaire.

Toutes ces réflexions ne peuvent faire abstraction du contexte économique extrêmement pénalisant auxquelles doivent faire face les collectivités locales :

Baisse de la TVA sur le transport, baisse du Versement Transport, baisse des dotations de l’Etat, qui fait perdre 1 milliard 147 millions d’euros à la métropole d’ici 2020, et par répercussion 60 millions d’euros au Sytral, sont autant de difficultés que nous devrons surmonter et qui nous oblige à être encore plus innovants, exigeants et ambitieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page