Soutien aux anciens verriers de Givors pour deux procédures décisives en 2017

l-ancienne-verrerie-de-givors_image-gaucheIl y a huit années déjà que les anciens verriers de Givors se battent pour la reconnaissance de l’origine professionnelle des maladies, cancers notamment, qui emportent beaucoup d’entre-eux, après d’atroces souffrances. Ce combat a déjà rencontré un certain nombre de succès sur des dossiers individuels.

Une première condamnation du groupe OI Manufacturing pour « faute inexcusable » est déjà tombée, d’autres pourraient suivre.

L’étude de santé réalisée au printemps 2009, par l’association auprès de 645 adhérents avec 208 réponses exploitables, révélait que le taux de cancers chez les verriers était dix fois supérieur à celui connu dans le monde du travail (selon l’étude ESTEV initiée par la médecine du travail auprès de 20 000 salariés).

Cette étude de santé des verriers alors rendue publique et débattue, notamment à l’initiative de la municipalité de Givors, devant les autorités sanitaires (santé publique et santé au travail), la Direction régionale du travail (Direccte) et son médecin inspecteur, en présence d’un représentant du Préfet, n’a jamais reçu de démenti à ce jour.

Cette situation préoccupante et le refus obstiné d’O-I Manufacturing – repreneur de BSNGlasspack – de délivrer des attestations individuelles d’exposition à l’amiante et aux produits chimiques, conformément aux obligations du Code du travail, a conduit les verriers et leur association à engager un recours devant le Conseil des Prud’hommes de Lyon, qui a malheureusement été débouté. Un autre jugement est prévu à la Chambre sociale de la Cour d’appel de Lyon le 15 décembre 2017.

Le même objectif de faire la clarté sur les conditions d’exposition à l’amiante conduisit les verriers à demander au ministre du travail l’inscription de VMC sur la liste des « sites amiantés ».

Suite à son refus, les verriers givordins se sont portés devant la Cour administrative d’appel de Lyon qui devrait se prononcer au cours de l’année 2017.

Dans cette perspective, je tiens, au nom de la municipalité de Givors, à réaffirmer notre soutien aux anciens verriers de Givors dans ce marathon judiciaire et administratif, comme nous l’avons fait depuis la fermeture de l’usine en 2003, en intervenant auprès des ministres du Travail et de la Santé qui se sont succédés, et des services de l’État concernés.

Solidaire du combat des verriers, nous appelons la population givordine à exprimer
sa solidarité car ce combat est celui du respect de la santé au travail.

Alors que la reconnaissance des maladies professionnelles est dans l’impasse et que le droit à voir réparer les préjudices causés à la santé par le travail ne cesse d’être attaqué dans notre pays, il est urgent d’instaurer de nouvelles normes prenant en compte ces préjudices.

Question de santé publique, c’est également une question de justice, et la municipalité de Givors continuera à soutenir le combat de l’association des anciens verriers pour que soient reconnues leurs maladies professionnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Imprimer la page